5 avril… 1791 – Mirabeau inaugure le Panthéon

Edifié par Soufflot et tout juste achevé l’année précédente, le Panthéon accueille son tout premier pensionnaire, le 5 avril 1791. Il s’agit d’Honoré-Gabriel Riqueti de Mirabeau, plus connu sous le nom de Mirabeau, et décédé trois jours avant.

L’édifice devenu « Panthéon », en 1795. ©Jean-Baptiste Hilair — Bibliothèque nationale de France
Domaine public

Premier à entrer, premier à sortir

Il était surnommé « l’Orateur du peuple » et reste un symbole de l’éloquence parlementaire en France. Fort aimé des révolutionnaires, Mirabeau est inhumé au Panthéon le 5 avril 1791, trois jours après son décès. Il en est ainsi le premier pensionnaire. Il en sera néanmoins aussi le premier à en être exclu, en 1793, suite à des révélations sur sa proximité avec la royauté et sa trahison. Avant cela, en 1791, il sera rejoint par Voltaire, lui-même rejoint trois ans plus tard, par son vieil ennemi Rousseau.

Bien que renié par ses acteurs en 1793, Mirabeau a été l’un des inspirateurs de la Révolution française. Aussi, lorsque celui-ci meurt le 2 avril 1791, l’Assemblée Nationale saisit l’occasion de convertir l’église en nécropole nationale.

D’église…

L’édifice a été achevé l’année précédente. Sa construction a été initiée par Louis XV en 1744 lorsque, gravement malade, il avait fait le voeu en cas de guérison, de faire rebâtir l’église Sainte-Geneviève, sur la « montagne » du même nom. En effet, cette église avait son importance : elle était l’héritière de la basilique des Saints-Apôtres, érigée par Clovis là où mourut Geneviève, celle qui l’a convaincu de se convertir et sainte patronne de Paris. Le chantier, confié à l’architecte Jacques-Germain Soufflot, n’a cependant démarré que onze ans plus tard, en 1755.

… à nécropole nationale

En 1791, avec l’arrivée de Mirabeau dans ses murs, l’église devient donc Panthéon. Rendu au culte en 1806, à nouveau nécropole nationale sous Louis-Philippe Ier, il retourne encore au culte sous le Second Empire avant de perdre une fois de plus toute vocation religieuse sous la IIIe République.
Le Panthéon reprend donc officiellement ses fonctions et accueille une nouvelle figure de la nation, en 1885 : Victor Hugo.

«Aux grands hommes [et femmes], la patrie reconnaissante…»

79 personnalités – 74 hommes et 5 femmes – reposent aujourd’hui au Panthéon. La crypte peut en accueillir 300. A noter que plus de la moitié (42 exactement) a été transférée entre 1806 et 1815, sous le Premier Empire.