Archives par étiquette : rouge

15 février… 1794 – Un drapeau tricolore pour la France

Le 15 février 1794, par la loi du 27 pluviôse an II, la Convention nationale décide d’adopter un drapeau tricolore pour symboliser la France: le bleu et le rouge reprenant les couleurs de Paris, et le blanc pour représenter la monarchie.

«Le pavillon sera formé des trois couleurs nationales disposées en trois bandes égales posées verticalement, de manière que le bleu soit attaché à la gaule du pavillon, le blanc au milieu et le rouge flottant dans les airs», déclare la Convention, dans la loi du 27 pluviôse an II. Ce jour-là, 15 février 1794 dans le calendrier grégorien, la France se dote ainsi d’un drapeau tricolore dont l’ordre des couleurs aurait été suggéré par le peintre Jacques-Louis David.

L’emblème trouve son origine lors du soulèvement populaire, en 1789.
Les parisiens arborent une cocarde bleu et rouge, couleurs de la ville de Paris. Le marquis de La Fayette a l’idée d’y associer le blanc, couleur de la monarchie. Car l’heure n’est pas encore à l’abolition de celle-ci. Elle ne chutera que trois ans plus tard, le 10 août 1792.
Ainsi, c’est une cocarde tricolore – qui précède le drapeau – que Louis XVI se voit remettre le 17 juillet à l’Hôtel de ville de Paris, trois jours après la prise de la Bastille. La Fayette lui aurait remis lui-même en lui disant «Je vous apporte une cocarde qui fera le tour du monde.»

Un pavillon pour emblème national français

Devenue dès lors un symbole de patriotisme, la cocarde devient pavillon le 15 février 1794.
Son destin sera néanmoins plusieurs fois menacé. En 1814 avec le retour de la monarchie tout d’abord, où seul le blanc subsiste. Il faut attendre les Trois glorieuses, les 27, 28 et 29 juillet 1830, pour voir réapparaître les trois couleurs ensemble, signe du ralliement républicain.
Puis, en 1848, lors de la proclamation de la IIe République, les insurgés ne veulent garder que le rouge. Alphonse de Lamartine, poète et politique, trouve alors les mots justes pour convaincre la foule de n’y point toucher :

… le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie. […] Si vous m’enlevez le drapeau tricolore, sachez-le bien, vous enlevez la moitié de la force extérieure de la France, car l’Europe ne connaît que le drapeau de ses défaites et de nos victoires dans le drapeau de la République et de l’Empire. En voyant le drapeau rouge, elle ne croira voir que le drapeau d’un parti ; c’est le drapeau de la France, c’est le drapeau de nos armées victorieuses, c’est le drapeau de nos triomphes qu’il faut relever devant l’Europe. La France et le drapeau tricolore, c’est une même pensée, un même prestige, une même terreur au besoin pour nos ennemis.

Aujourd’hui, le drapeau tricolore est le seul emblème national, défini par l’article 2 de la Constitution de la Ve République:

« La langue de la République est le français.
L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge. …
La devise de la République est Liberté, Égalité, Fraternité.
Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. »