Archives par étiquette : mythologie

14 juin… 1873 – Découverte de Troie et du « trésor de Priam »

Passionné par l’Antiquité et déterminé à identifier le site de Troie, Heinrich Schliemann, archéologue amateur, met à jour un fabuleux trésor, le 14 juin 1873. Il qualifie aussitôt sa découverte de « trésor de Priam »…

La cité de Troie, telle que le poète grec Homère l’a décrite dans L’Iliade et L’Odyssée a-t-elle vraiment existé? C’est en tout cas ce qu’un archéologue amateur, d’origine allemande, s’est évertué à prouver.
Passionné par cette histoire de la mythologie, où se sont côtoyés des guerriers héroïques tels qu’Hector et Achille, des rois prestigieux comme Priam et Agamemnon, des combattants valeureux comme Ulysse, Schliemann s’attèle, dans les années 1870, à lever le voile sur cette énigme.

Après avoir étudié et réétudié l’oeuvre de Homère, l’archéologue détermine l’emplacement de la ville de Troie sur le site de Hissarlik, une colline artificielle formée par des ruines et située en Turquie, près du détroit des Dardanelles.

Un trésor de 8000 fragments de bijoux

Là, avec quelque 150 hommes, il met à jour neuf niveaux de ruines superposées. Parmi elles, il croit reconnaître l’ancienne Ilion (Troie, en grec ancien). Schliemann se soucie peu de préserver les vestiges plus récents, si bien qu’il endommagera grandement le site et nuira aux études archéologiques futures…
Peu importe sur l’instant. Car ce 14 juin 1873, il découvre un trésor de près de 8000 fragments de bijoux divers. Il le qualifie aussitôt de « trésor de Priam » et prend soin de tout évacuer rapidement et discrètement vers Athènes.
Pour lui, preuve est ainsi faite de l’existence de Troie, à cet endroit-même. Une théorie qui sera plusieurs fois contestée dans les décennies futures.

Le comportement de pilleur qu’a eu Heinrich Schliemann l’interdit néanmoins et à jamais de séjour en Turquie. Mais l’homme ne semble pas très traumatisé…
En Grèce, il met à jour les sites de Mycènes, Ithaque, Orchomène et Tyrinthe. Il se fait même construire, à Athènes, un palais et une sépulture dignes des grands héros de l’Antiquité.

Son palais sera plus tard transformé en musée des Monnaies.

Le trésor d’Agamemnon, cette fois, qu’il a mis à jour à Mycènes, finira au musée d’archéologie de Berlin à qui il décidera de le léguer.