Archives par étiquette : Michel Lelièvre

15 août… 1996 – Marc Dutroux passe aux aveux

Le 13 août 1996, Marc Dutroux est arrêté par la police dans le cadre d’une enquête sur la disparition de deux jeunes filles, Sabine Dardenne et Laëtitia Delhez. Deux jours après, le 15 août, l’homme de 39 ans reconnaît les avoir enlevées et indique les séquestrer dans sa cave, à Marcinelle, en Belgique.

Le Mal incarné

Dans les minutes qui suivent les aveux de Marc Dutroux, le 15 août 1996, des policiers s’empressent d’aller délivrer Sabine, 12 ans, et Laëtitia, 14 ans, enfermées dans la cave de la maison du pédophile.
Filmée, leur libération tourne en boucle sur les télévisions du monde entier qui découvre le visage d’un véritable monstre, celui de Marc Dutroux.

Enfermées depuis le 28 mai pour l’une, depuis le 9 août pour l’autre, Sabine et Laëtitia ont vécu l’enfer : viol, torture, privations et séquestration. Elles sont les deux seules victimes à avoir réchappé à la mort.
Quatre autres jeunes filles avant elles, n’ont pas eu cette chance :

Julie, 8 ans et demi et Mélissa, 9 ans, ont été enlevées le 24 juin 1995 à Grâce-Hollogne.
Elles seraient mortes le 24 mars 1996. Durant 9 mois, elles ont subi les mêmes sévices que Sabine et Laëtitia, et séquestrées dans une ancienne citerne à eau. Déjà très affaiblies, elles sont décédées après que Michelle Martin, la femme de Dutroux, a refusé de descendre les nourrir pendant plusieurs jours.
An et Eefje, respectivement 17 et 19 ans, ont été enlevées le 23 août 1995 alors qu’elles rentraient d’une soirée en faisant du stop.
Ne pouvant gérer les quatre filles à la fois, Dutroux se résout à tuer ces deux dernières. Il les enterre dans le jardin d’un complice.
Le pédophile et meurtrier fait une cinquième victime : Bernard Weinstein, complice dans les enlèvements des quatre jeunes filles. Il est de toute évidence aux yeux de Dutroux un témoin gênant. L’épouse de ce dernier évoque une histoire d’argent… Le corps de Weinstein est retrouvé au même endroit que ceux de Julie et Mélissa. L’autopsie révèle qu’il aurait été enterré vivant après avoir été torturé…

Jugement d’un récidiviste

Lorsque la Belgique découvre les antécédents de Marc Dutroux, elle est sous le choc. Comment un psychopathe pareil a-t-il pu être laissé en liberté ?

  • en 1979, il fait un mois de prison pour vol.
  • en 1986, il est emprisonné – ainsi que son épouse Michelle Martin – pour faits de séquestrations, enlèvements et viols sur mineures de moins de 16 ans. Il est condamné à 13 ans et demi, elle à 5 ans de prison.
  • en 1988, Dutroux est en plus condamné à 4 mois de prison pour recel.
  • en avril 1992, Dutroux bénéficie d’une libération conditionnelle, contre l’avis du procureur et des psychiatres. Michelle Martin est sortie en août 1991.
  • en novembre 1992, il est accusé d’attouchements sur des jeunes filles à la patinoire de Charleroi. Il est tout de suite relâché.
  • du 6 décembre 1995 au 20 mars 1996, il est incarcéré pour avoir séquestré 2 jeunes garçons suite à une histoire de vol de camion. Pendant ces 3 mois et demi, Dutroux confie Julie et Mélissa «aux bons soins» de Michelle Martin, qui les laisse mourir de soif et de faim.

Montrée du doigt pour ses dysfonctionnements judiciaires évidents, la Belgique l’est une nouvelle fois en 1998 lorsque Dutroux profite d’être démenotté quelques minutes, pour s’évader… Il est rattrapé quelques heures plus tard.

Considéré par sa mère comme «un récidiviste dans l’âme», perçu par tous comme le pire des monstres, Dutroux affronte Sabine Dardenne à son procès en 2004. Il est condamné à la perpétuité.
Depuis 2013, l’homme le plus détesté de Belgique et sans nul doute du monde, réclame sa libération conditionnelle. Selon ce que donneront les expertises psychiatriques en cours, elle pourrait avoir lieu en 2021. Michel Lelièvre, complice de Dutroux sur les enlèvements des 6 filles, a quant à lui été libéré après 20 ans de prison, en décembre dernier.