6 mai… 1931 – Inauguration de l’Exposition coloniale

Au bois de Vincennes, le 6 mai 1931, s’ouvre une exposition dédiée spécifiquement aux colonies. C’est la deuxième du genre à Paris, la quatrième en France. Cette manifestation, organisée sur plusieurs mois, doit faire honneur à la IIIe République et à sa politique d’expansion, notamment en Afrique…

Vue générale de la section de l’Indochine. ©Editions BRAUN — scan de CPA Domaine public

«L’exposition doit constituer la vivante apothéose de l’expansion extérieure de la France sous la IIIe République et de l’effort colonial des nations civilisées, éprises d’un même idéal de progrès et d’humanité», proclame Albert Sarraut, député radical-socialiste et fervent coloniste.

Une inauguration en grandes pompes

Forte de cette vocation, l’exposition est donc inaugurée en grandes pompes le 6 mai 1931 au Bois de Vincennes, à l’Est de Paris. Sont présents le ministre des Colonies Paul Reynaud, le président de la République Gaston Doumergues et le commissaire général de l’exposition, le maréchal Lyautey.
Des milliers de figurants – danseuses annamites, artisans africains, cavaliers arabes… – sont réunis pour l’occasion.

L’événement est important pour le gouvernement français. Il traduit ce dont la IIIe République est la plus fière : la colonisation ou mise sous protectorat d’une bonne partie de l’Afrique noire et de Madagascar, de l’Afrique du Nord, de l’Indochine, mais aussi de la Syrie et du Liban.

300 000 visiteurs par jour

Ainsi, pour six mois, un musée des colonies, une pagode bouddhiste, un temple cambodgien d’Angkor, la mosquée de Djenné au Niger et un parc zoologique pour ne citer que cela, ont été aménagés. Chaque construction, chaque village reconstitué dans lequel elle s’intègre, représente une partie du monde colonisée par la France.
De même, chaque jour offre son lot de spectacles et d’activités, attirant près de 300 000 curieux par jour.
En tout, ce sont 8 millions de visiteurs dont la moitié de Parisiens, qui se succèdent de mai à novembre.
Un succès qui atteste de la réussite de la propagande coloniste qui défendait la « mission civilisatrice » de l’homme blanc.

Goût de l’exotisme et désintérêt pour les colonies

Et pourtant… En Occident, le principe commence à déranger. En Angleterre, cette même année 1931, on parle même d’accorder plus d’indépendance aux Indes…
Les citoyens français eux, se désintéressent globalement de leurs colonies. Bien sûr, un peu d’exotisme aux portes de la capitale ne fait pas de mal… Mais que connaissent-ils vraiment de l’Afrique et de l’Indochine ? Ces hommes, femmes et enfants parqués à jouer la comédie de leur quotidien, vivent-ils réellement comme on veut bien le montrer aux spectateurs? Sont-ils pour certains aussi sauvages et arriérés qu’on veut bien le laisser penser ?

Le temps passant, les points de vue n’iront pas plus dans le sens du gouvernement.
A son apogée en 1936, l’Empire colonial commencera ensuite son lent déclin…