Archives de catégorie : Sociologie

24 mai… 1991 – «Thelma et Louise» crèvent l’écran!

Il y a trente ans, le 24 mai 1991 aux Etats-Unis, sortait le film de Ridley Scott Thelma et Louise. Marquant par son récit, par sa fin aussi belle que tragique, autant que par le charisme de ses personnages, le long-métrage reste un indémodable et une référence en matière de cinéma, comme d’émancipation féminine!

Prod DB © MGM – Pathe Entertainment / DR THELMA ET LOUISE (THELMA AND LOUISE) de Ridley Scott 1991 USA avec Susan Sarandon et Geena Davis road-movie, liberte, voiture decapotable, voiture Ford Thunderbird de 1966

Deux amies, Thelma Dickinson et Louise Sawyer rêvent d’une escapade entre filles pour échapper l’une à son mari, l’autre à son petit ami et toutes deux, à une existence monotone. Elles décident donc de s’offrir un week-end sur les routes de l’Arkansas. Mais dès le premier saloon dans lequel elles entreprennent de s’arrêter, leur bonheur se transforme en un véritable cauchemar. Et leur balade, en une course désespérée à travers les Etats-Unis pour fuir la police…

Les meilleures Thelma et Louise

En rebelles improvisées par un tragique événement, Susan Sarandon (Louise) et Geena Davis (Thelma) crèvent l’écran. Il faut dire que cette dernière s’est battue bec et ongles pour avoir le rôle. Geena Davis avait depuis un moment flashé sur le scénario de Callie Khouri, productrice de vidéos-clips désireuse de tenter sa chance à Hollywood.
Pour les rôles en effet, Ridley Scott avait plutôt imaginé Michelle Pfeiffer et Jodie Foster. Mais cette dernière était prise sur le tournage du Silence des Agneaux… Il faut dire aussi que Thelma et Louise, considéré par les studios comme un « chick flick » (film de gonzesses) n’attirait pas grand monde.

C’est finalement la MGM/United Artists qui se laisse convaincre par le cinéaste de financer son film à hauteur de 16 millions de dollars. Et c’est à deux actrices alors discrètes (et pas trop chères), Susan Sarandon et Geena Davis, que reviennent les rôles-titres. Les deux femmes s’entendent à merveille. Tant mieux, leur interprétation de l’amitié féminine n’en sera que plus convaincante!
Autour d’elles, pour interpréter qui un flic, qui l’amant de Louise ou une petite frappe en vadrouille, les excellents Harvey Keitel, Michael Madsen et Brad Pitt, alors inconnu au bataillon.

Deux visions, deux critiques

A la sortie du film, l’accueil est mitigé : la notion d’escapade, de liberté, de voyage plaît certes beaucoup… Mais celle de la fuite de deux femmes face à leurs responsabilités de femmes au foyer, et la présentation faite de la gente masculine comme une espèce machiste, violente et la moins recommandable ou presque, est très mal appréciée… Ici, et contrairement aux rôles qu’elles tiennent à l’époque dans de nombreux films, les deux héroïnes ne sont pas soumises, elles n’ont pas besoin des hommes, et ne répondent pas à leur seul désir sexuel…
Aussi, à l’heure de #MeToo dès fin 2017, le film Thelma et Louise a-t-il bénéficié d’un sacré regain de popularité!

Mais, s’il est un plaidoyer pour l’émancipation de la femme, le film est aussi un divertissement qui ne manque pas d’humour et offre la célébrité aux deux actrices, en couverture du Time une semaine après la sortie. Mais aussi à Brad Pitt, révélé par ce rôle, petit mais ô combien mémorable, ainsi qu’à Callie Khouri, récompensée par un oscar l’année d’après.

A noter qu’en 2016, Susan Sarandon reprend le volant et son rôle de Louise Sawyer, dans le clip du groupe électro français Justice, Fire!