Archives de catégorie : XXIe siècle

photo des ruines de Palmyre au coucher du soleil

20 mai… 2015 – L’Etat islamique s’empare de Palmyre en Syrie

Ville hautement symbolique en Syrie et dans le monde entier pour les trésors archéologiques millénaires qu’elle abrite, Palmyre subit l’assaut de Daech ou Etat Islamique, le 20 mai 2015. Ses ruines antiques, classées au Patrimoine de l’humanité par l’UNESCO, n’y résisteront pas…

Vue générale du site en 2008. ©James Gordon from Los Angeles, California, USA — Palmyra, Syria CC BY 2.0

S’attaquer au patrimoine culturel, synonyme d’éducation mais aussi de croyances « hérétiques », est une stratégie de Daech pour imposer son pouvoir et sa doctrine.
Aussi, le 20 mai 2015, quand devant l’Etat islamique, les troupes gouvernementales fuient Palmyre envahie par le Nord après en avoir évacué la population civile, le monde entier a de quoi s’inquiéter pour les richesses millénaires que la ville possède : des ruines gréco-romaines, dont certaines reflètent les croyances polythéistes antiques, et classées au patrimoine mondial de l’humanité.

Protéger le patrimoine de l’humanité

Aussitôt, la directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, appelle à une cessation immédiate des hostilités. «Il est impératif que les parties respectent les obligations internationales pour protéger le patrimoine culturel pendant le conflit en évitant de le prendre pour cible directe ou de l’utiliser à des fins militaires.»
La signification historique que le-dit patrimoine revêt n’est en effet pas la seule motivation de Daech à l’anéantir. Il s’agit également de le revendre en pièces détachées pour alimenter le groupe terroriste en armes. Un marché noir de l’art évalué à près de 6 milliards d’euros…

Pillages et exécutions

De fait, après la destruction de déjà près de 300 sites historiques syriens en quatre ans, et le 26 février 2015 soit trois mois avant, du musée archéologique de Mossoul en Irak, les craintes sur le sort de Palmyre sont plus que justifiées. Et elles vont se confirmer…

Au mois d’août suivant, le temple de Baalshamin, datant de l’an 17, est détruit par explosion. D’autres ruines suivent… Ce «crime de guerre», qualifié ainsi par l’UNESCO, succède à un autre, autrement plus violent. Une semaine avant en effet, Daech faisait décapiter l’ancien chef des Antiquités de Palmyre, l’archéologue Khaled al-Assaad, âgé de 82 ans…