Archives de catégorie : Géographie

25 avril… 1507 – Le Nouveau Monde est baptisé «Amérique»

Dans un document de cartographie imprimé à Saint-Dié dans les Vosges le 25 avril 1507, le nom d’Amérique est employé pour la première fois pour désigner le Nouveau Monde. Le mot rend hommage au premier homme à avoir véritablement découvert le continent : Amerigo Vespucci.

Universalis Cosmographia (1507) ©Martin Waldseemüller Domaine public

A chacun sa découverte

Non, Christophe Colomb n’a pas découvert l’Amérique ! L’homme a chaque fois débarqué aux Antilles et non sur le continent. Il était en plus persuadé d’avoir touché la partie la plus orientale de l’Asie. Sans minimiser nullement ses voyages, il s’agit de rendre au bon explorateur sa juste exploration…
Colomb découvre l’archipel des Antilles au cours de plusieurs expéditions, entre 1492 et 1504; Amerigo Vespucci débarque sur la côte sud-américaine, près du delta de l’Orénoque dans l’actuel Vénézuela, vers 1499-1500; et Juan Ponce de León arrive sur les côtes de Floride en avril 1513.
Ainsi, le premier découvre les Caraïbes; le deuxième le continent américain (par le sud); et le troisième, le futur territoire des Etats-Unis.

C’est donc tout naturellement que le moine géographe Martin Waldseemüller a voulu rendre hommage à Vespucci dans son document de cartographie intitulé Cosmographiæ Introductio (Introduction à la cosmographie).

La «terre d’Amerigo»

Accolé à une carte du monde du moine et nommée Universalis Cosmographiæ, un texte (traduit du latin):

«Aujourd’hui ces parties de la terre (l’Europe, l’Afrique et l’Asie) ont été plus complètement explorées, et une quatrième partie a été découverte par Amerigo Vespucci, ainsi qu’on le verra plus loin. Et comme L’Europe et L’Asie ont reçu des noms de femmes, je ne vois aucune raison pour ne pas appeler cette autre partie Amerigé c’est-à-dire terre d’Amerigo, d’après l’homme sagace qui l’a découverte. On pourra se renseigner exactement sur la situation de cette terre et sur les coutumes de ses habitants par les quatre navigations d’Amerigo qui suivent

Et comme pour mieux baptiser cette nouvelle terre, Waldseemüller inscrit le nom d’America sur sa propre carte… Il deviendra finalement commun au reste du monde.