26 avril… 1937 – La ville de Guernica plonge dans l’horreur

Immortalisé sur une immense toile par Pablo Picasso, le bombardement de la ville espagnole de Guernica le 26 avril 1937, a marqué par sa violence et le dessein de ses instigateurs : semer la terreur dans la population civile.

Guernica après le bombardement – Fonds des archives fédérales (Allemagne). ©Bundesarchiv, Bild 183-H25224 / Auteur inconnu / CC-BY-SA 3.0

Cible de la Légion Condor allemande

Ce lundi 26 avril 1937 est jour de marché à Guernica, petite ville du Pays basque au nord-ouest de l’Espagne. Et c’est vers 16h30, heure d’affluence dans les rues, que la Légion Condor (force aérienne allemande), escortée de chasseurs et avions italiens, a choisi de bombarder la ville.
Durant trois longues heures et par vagues régulières, Guernica est pilonnée. Les deux tiers des habitations, pour la plupart en bois, sont réduites en cendres. La ville de 7000 habitants compte plus ou moins un millier de morts…

Un soutien officiel à Franco

L’objectif officiel n’était pas Guernica. Alors en pleine guerre civile opposants républicains fidèles au gouvernement établi, et nationalistes menés par le général Franco, l’Espagne sert de terrain d’essai pour l’Allemagne.
Sous couvert de soutenir son allié Franco, Hitler y teste des armes nouvelles et son aviation. Une unité aérienne est d’ailleurs spécifiquement créée : la Légion Condor, commandée par le général Hugo Speerle.

Le 25 avril, des combattants républicains ont traversé Guernica, fuyant l’avancée des franquistes en direction de Bilbao. Pour les stopper, le baron von Richthofen propose aux Espagnols de faire sauter le pont de Rentería, au nord de Guernica. La Légion Condor s’équipe donc d’explosifs brisants, de bombes antipersonnelles ainsi que de 2500 bombes incendiaires. Un bien lourd armement pour la simple destruction d’un pont…

Terroriser la population civile

En réalité, Hitler, qui ambitionne de terroriser la population et de faire un exemple, vise Guernica. C’est donc sciemment que l’unité aérienne allemande, avec des avions italiens, massacre des civils.
Plus tard, conforté par le succès de cette opération et fort de sa puissante armée de l’air créée par Hermann Göring, la Luftwaffe, le Führer réitèrera les bombardements ciblés avec les Stukas, petits appareils attaquant en piqué.