27 mai… 1653 – Découverte de la tombe du roi Childéric Ier

Il n’y a pas qu’en Egypte que la découverte des sépultures royales vaut le coup! Preuve en est avec celle, le 27 mai 1653, de la tombe de Childéric Ier, roi des Francs Saliens et père de Clovis. Mais aussi du fabuleux trésor qu’il renfermait…

Fac-similé de l’anneau sigillaire trouvé dans la tombe du roi Childéric à Tournai en 1653, Bibliothèque nationale de France[Note 1]. ©Auteur inconnu — Gallica Domaine public

A Tournai en Flandres, Adrien Quinquin, maçon, travaille à la construction de nouveaux bâtiments autour de l’église Saint-Brice. En creusant les fondations, ce 27 mai 1653, il tombe alors sur un caveau et pas n’importe lequel…
Il s’agit en effet de la tombe de Childéric Ier, l’un des plus anciens rois francs.
De plus, avec les ossements, repose un trésor inestimable : pierres précieuses, bijoux, 300 abeilles d’or incrustées de grenat… Figure aussi un anneau sigillaire (ou chevalière), le sceau de Childéric… La découverte est incroyable.

Roi des Francs et père de Clovis

Fils de Mérovée et père de Clovis, Childéric a régné en tant que roi des Francs Saliens jusqu’en 481. Avec sa femme Basine, il a donné naissance à celui qui allait fonder la dynastie mérovingienne (du nom de Mérovée).
Childéric Ier a uni autour de lui tous les Francs Saliens. Avec son peuple, il a défendu la Gaule du Nord contre les Wisigoths installés au sud, au nom de l’empire romain d’Occident en déclin.

A sa mort en 481 à Tournai, Childéric, roi païen, a été enterré à la manière germanique, avec ses chevaux. Il a été vêtu d’un manteau de pourpre tenu par une fibule d’or, à la manière des Romains, et son tombeau a été rempli de quantité d’objets précieux.

Le trésor dérobé

A sa découverte en 1653, le trésor est aussitôt confié au gouverneur des Pays-Bas. Il est ensuite transmis aux Habsbourg de Vienne. Puis, il est offert en 1665 à Louis XIV qui le réserve dans son cabinet des raretés.

Un siècle et demi plus tard, dans la nuit du 5 au 6 novembre 1831, le trésor sera la cible de cambrioleurs qui s’introduisent au Cabinet des Médailles de Paris. Quelques pièces, deux abeilles notamment, seront retrouvées dans un sac de cuir repêché dans la Seine.

Ce qui reste aujourd’hui du trésor est aujourd’hui revenu à sa place, au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Nationale de France.
On y trouve un fac-similé de l’anneau; la poignée, le pommeau et les deux gardes de la Spatha; deux éléments décoratifs du fourreau; la francisque; deux sous d’or; une boule en cristal de roche; une boucle en or mutilée; un ardillon; deux boutons et une dent.