12 mai… 1976 – L’AS St-Etienne s’incline devant le Bayern Munich

A Glasgow le 12 mai 1976, se déroule la finale de la Coupe d’Europe des Clubs champions qui oppose l’AS Saint-Etienne, favori européen au Bayern Munich, double tenant du titre. Les Verts vont y subir une défaite aussi amère que légendaire…

La France est à Glasgow

Dans le stade de Glasgow ce 12 mai 1976, 8000 spectateurs allemands en côtoient 25000 Français. Pas de doute, le stade et même une grande partie de l’Europe est verte ce jour-là. Il faut dire que les Stéphanois sont en forme, et malgré leurs effectifs réduits, sont déterminés à prendre leur revanche sur le Bayern, qui les avait éliminés en demi-finale l’an passé.

Il manque en effet trois joueurs à l’AS St-Etienne du Sphinx Robert Herbin. L’équipe devra en effet compter sans Christian Synaeghel et Gérard Farison. Mais aussi Dominique Rocheteau, spectateur de cette finale depuis le banc, en raison d’une douleur à la cuisse survenue en demi-finale contre les néerlandais du PSV Eindhoven. Qu’importe, la Coupe, aux mains des Munichois depuis deux années consécutives, sera cette fois à eux.

Des Verts en grande forme

Et le match démarre bien. Avec Pierre Repellini, arrière gauche, Jacques Santini, milieu de terrain, et Christian Sarramagna, ailier gauche, comme titulaires, ajoutés à un solide esprit de camaraderie, le monde est aux Stéphanois. Les coéquipiers du capitaine Jean-Michel Larqué font preuve d’une grande justesse technique.
Lors de la 34e minutes, Dominique Bathenay remonte alors le terrain et, de son pied gauche, à 25 mètres du but, envoie le ballon. Celui-ci atterrit sur la barre transversale.
Cinq minutes après, c’est au tour de Christian Sarramagna et Jacques Santini de tenter une ouverture. Ce dernier frappe le ballon de la tête, lequel finit à nouveau sur la barre de la cage de Sepp Maier. Ce deuxième échec est d’autant plus frustrant que les poteaux sur lesquels se sont heurtés le ballon sont carrés, là où d’autres stades les ont déjà remplacés par des ronds.

1-0 sur un coup franc

Et cette frustration atteint son paroxysme lorsque, sur un coup franc, Franz Roth obtient le seul but du match qui fera une nouvelle fois gagner le Bayern Munich. La rentrée de Rocheteau à la fin de la rencontre ne changera en effet pas grand-chose…
Dès lors, les fameux poteaux carrés qui ont mené la vie dure aux Stéphanois à deux reprises, vont être la cible des plus viles accusations! Pour beaucoup de supporters des Verts en effet, cette spécificité a tout changé. Mais Robert Herbin innocentera les montants.

De même, dans un documentaire intitulé St-Etienne, l’Epopée 76 proposé en 2016, pour les 40 ans de l’événement, Santini racontera:

«L’anecdote, c’est que la veille, on fait un entraînement et Christian refait le même centre et je réalise une tête similaire. Les poteaux étaient ronds et le ballon ressort de la même manière.»
Et Christian Lopez d’ajouter: «Nous avons juste manqué de réalisme tout simplement. Il ne faut pas chercher d’excuses. Nous avons fait un bon match dans l’ensemble, mais pas un super match.»

L’équipe de St-Etienne ne sera pas moins applaudie à son retour en France, sur les Champs-Elysées. 100 000 supporters les accueillent en héros. Le président Giscard d’Estaing s’empressera quant à lui de leur adresser un pompeux Messieurs, la France, c’est vous!