8 avril… 1973 – Mort du génie Pablo Picasso

L’Espagne, où il est né, et la France, où il s’est révélé, sont en deuil. Ce 8 avril 1973, Pablo Picasso, figure de la Belle époque, père du cubisme et maître incontesté de l’art moderne, est décédé.

Pablo Picasso. ©Revista Vea y Lea (cuadrado por Juan Pablo Arancibia Medina) — Fuente Original: Mágicas Ruinas FUENTE DEL CUADRADO
Domaine public

Peintre, sculpteur, céramiste, décorateur et même écrivain… Pablo Picasso a multiplié les casquettes avec un talent reconnu universellement de son vivant. A sa mort le 8 avril 1973, il laisse plus de 50 000 oeuvres, à travers lesquelles transparaissent son génie et sa vie, de Malaga en Andalousie à Mougins en Provence, en passant par Paris…

Pablo etc., dit Picasso

Né un 25 octobre 1881, c’est à l’école des Beaux-Arts dans une Barcelone alors en pleine effervescence, puis à l’Académie Royale de San Fernando de Madrid, qu’il fait ses armes. Le jeune homme est passionné par le dessin et la peinture, qu’il pratique avec son père depuis tout petit.
Pablo Diego Jose Francisco de Paula Juan Nepomuceno Maria de los Remedios Cipriano de la Santisima Trinidad Ruiz y Picasso y entérine ainsi sa vocation d’artiste.
Il commence sa carrière en illustrant des revues, dans lesquelles il commence à signer de son nom d’artiste, Picasso.

En 1904, après plusieurs voyages à Paris dont un pour l’Exposition universelle en 1900 où il a représenté son pays avec Les Derniers moments, il s’y installe. Il rencontre Max Jacob, Guillaume Apollinaire, Georges Braque, Fernande Olivier sa future épouse…
Picasso s’installe à Montmartre, dans un atelier délabré, le Bateau-Lavoir. Il mène une vie de bohème, démuni mais nourri spirituellement par le quartier, déjà chargé d’histoire de l’Art (y sont déjà passés Van Gogh, Degas, Manet, Renoir…) et la vie animée de la capitale.

De Montmartre à Montparnasse

En France, Picasso voit la vie en bleu, froide et mélancolique. Puis en rose, plus heureuse et légère. De ces deux visions naissent deux séries de peintures célèbres.
Mais c’est en inventant le cubisme, avec Braque, que Picasso va passer à la postérité. Il signe dans ce style 2 oeuvres emblématiques: Les demoiselles d’Avignon (1907) et Guernica (1937), ville espagnole bombardée le 26 avril de cette année-là, à laquelle il rend hommage.

De Montmartre au quartier de Montparnasse où il a déménagé, Picasso n’a plus à prouver son talent. Chacune de ses créations, cubiste ou surréaliste, picturale, sculptée ou en céramique, illustre les gens qu’il côtoie, les lieux qu’il fréquente, le Paris qu’il chérit. A travers elles, l’artiste offre un éventail de styles, de réflexions plastiques.

Père de l’art moderne

Témoin et acteur de la Belle Epoque, maître de l’art moderne, le plus français des Espagnols s’éloigne de Paris après la guerre.
Il sillonne la Côte d’Azur et s’installe à Mougins, en Provence. Il s’y éteindra le 8 avril 1973. Picasso laisse en héritage 885 peintures, 1228 sculptures, 3181 impressions linoléum, 6112 lithographies, 7089 dessins…
A Paris, le carrefour Vavin porte aussi le nom de place Pablo Picasso depuis 1984. Un Musée lui rend aussi hommage depuis 1985 dans le quartier du Marais.

2 commentaires sur “8 avril… 1973 – Mort du génie Pablo Picasso

Laisser un commentaire