23 mars… 1534 – Le roi d’Angleterre Henri VIII est excommunié

Resté célèbre pour avoir épousé successivement six femmes et en avoir fait décapiter certaines, le roi d’Angleterre Henri VIII l’est tout autant pour sa rupture avec l’Eglise catholique, dont a découlé son excommunication par le pape. La date de celle-ci n’est pas certaine : quelques historiens évoquent le 23 mars 1534 quand d’autres parlent du 11 juillet 1533, ou l’an 1535 ou 1538.

Portrait du roi Henri VIII par Hans Holbein le Jeune, 1540. ©Hans Holbein le Jeune — Galleria Nazionale d’Arte Antica. Domaine public

Le réalisateur Justin Chadwick met l’événement au coeur de l’intrigue dans Deux soeurs pour un roi, film sorti en 2008. Bien sûr, l’épisode historique y est simplifié et davantage romancé, réduisant presque les causes de l’excommunication du roi à son seul divorce d’avec la reine Catherine d’Aragon. La réalité est plus complexe.

Un nouveau chef pour l’Eglise d’Angleterre

Sur le trône d’Irlande et d’Angleterre depuis 1509, Henri VIII a vu le protestantisme s’imposer de plus en plus sûrement dans son pays. Profondément attaché aux préceptes catholiques le concernant, le roi n’en désire pas moins s’affranchir de l’autorité qu’exerce depuis trop longtemps le pape qui possède indirectement, par l’entremise du clergé, un cinquième des terres anglaises.
Henri VIII souhaite également rompre avec sa femme, la reine Catherine d’Aragon, qui ne parvient pas à lui donner d’héritier mâle. Il a pour intention de faire annuler le mariage et de s’unir à sa maîtresse Anne Boleyn. Le pape Clément VII, craignant la réaction de l’empereur et neveu de Catherine d’Aragon, Charles Quint, fait traîner l’affaire. Henri VIII prend donc les devants.

Pour se séparer de sa femme et du même coup, se libérer de l’emprise de l’Eglise catholique sur son royaume, il fait prononcer son divorce par Thomas Cranmer, récemment nommé archevêque de Canterbury. Il fait aussi confisquer les biens du clergé en dissolvant les monastères et en procédant à des arrestations de plusieurs religieux. Enfin, il se prononce chef de l’Eglise d’Angleterre.
Là, le pape réagit : il excommunie Henri VIII et du même coup, Thomas Cranmer.

Ruptures en série

La suite du règne n’est néanmoins pas plus heureuse pour le monarque…
Son mariage avec Anne Boleyn se révèle être un échec, celle-ci ne parvenant pas, elle non plus, à lui donner un héritier. Elle met au monde la future Elizabeth Ire, puis fait plusieurs fausses couches avant de donner naissance à un garçon mort-né. Prétextant qu’elle s’est rendue coupable d’adultère et d’inceste, Henri VIII la fait décapiter avec son frère.
Il se remariera quatre fois.

Sa rupture avec l’Eglise catholique n’apporte quant à elle pas plus d’apaisement dans le pays, y compris après sa mort. En témoignent les règnes successifs de ses trois enfants reconnus: Edouard VI puis, Marie Ire dite “la sanglante » qui réprime violemment les révoltes protestantes après avoir ré-instauré le catholicisme ; et enfin, Elizabeth Ire qui, à l’inverse de sa demi-soeur, installe le protestantisme pour de bon en Angleterre…