26 février… 1919 – Création du Parc National du Grand Canyon

Il est un site incontournable pour les touristes qui se rendent dans l’Ouest des Etats-Unis et aiment jouer avec la sensation de vertige. D’une dimension impressionnante à tout point de vue, le Grand Canyon, en Arizona, est devenu parc national le 26 février 1919. Mais le lieu est en réalité bien plus vieux que cela…

Unique en son genre, le Grand Canyon est un monument naturel, que l’UNESCO a classé au patrimoine mondial en 1979.
Soixante ans avant cela, le 26 février 1919, sous la présidence de Woodrow Wilson, le site devenait un parc national. Il fait, depuis, la fierté de l’Arizona et des Etats-Unis et constitue l’une des attractions les plus prisées des touristes. En effet, plus de 6 millions de visiteurs s’y pressent chaque année.

Plus d’un milliard d’années

Le Grand Canyon frappe d’abord par sa démesure.
Face aux humains, d’un coup si minuscules devant Mère Nature, une étendue de 4926 km2, longue de 450 km et variant entre 600m et 2400m d’altitude.
C’est un véritable gouffre, creusé dans le temps par le fleuve Colorado, et, de fait, un trésor géologique. Si certains spécialistes estiment son ancienneté à 6 ou 7 millions d’années, d’autres tablent sur 70 ! En réalité, l’âge du Grand Canyon est difficile à établir avec précision, notamment parce que ses roches ne datent pas toutes de la même période. Certaines ont plus d’un milliard d’années ! Et le site n’a pas encore tout révélé de ses millénaires passés. Pouvant aller jusqu’à 1300km de profondeur, le Grand Canyon regorge de grottes. On estime leur nombre en milliers, bien que 335 « seulement » n’aient pour l’instant été recensées.

Habité et sacré

Le lieu intimide. Par son immensité donc, mais aussi par son caractère désertique… en apparence, du moins. Car le Grand Canyon grouille en réalité de vie animale. Des centaines d’oiseaux, des dizaines de mammifères et bien sûr, des reptiles et des rapaces, espèces emblématiques du coin, occupent le terrain. Il en est une d’ailleurs, plus dangereuse que les autres et ce n’est pas celle que l’on croit. Il s’agit de l’écureuil des rochers, qui se plaît à mordre les visiteurs quand ceux-ci le nourrissent !
Une autre espèce, plus discrète celle-ci – chose rare d’ailleurs -, habite le Grand Canyon. Isolé de toute civilisation, la ville de Supai abrite près de 200 habitants. C’est la capitale de la réserve de la tribu des Havasupai. Eloignée de toute civilisation – la route la plus proche est à une dizaine de kilomètres -, Supai n’est accessible qu’à pied ou en hélicoptère!

Habité par une partie des Havasupai, le Grand Canyon est considéré par les Amérindiens en général comme l’origine des premiers hommes sur Terre. Il revêt donc, pour eux, un caractère sacré. Une raison supplémentaire, s’il en fallait, de le préserver…

Laisser un commentaire