17 février… 1673 – Molière, un malade pas si imaginaire

Dans la soirée du 17 février 1793, après une nouvelle représentation de sa pièce à succès Le Malade imaginaire dont il jouait pour la quatrième fois le rôle-titre, Molière meurt à son domicile rue de Richelieu.

Image pieuse : la mort de Molière, d’après le tableau de Pierre-Auguste Vafflard. ©Anonyme — Internet. CC BY-SA 4.0

Ce soir du 17 février 1673 au théâtre du Palais-Cardinal, alors qu’il interprète le rôle d’Argan, son Malade imaginaire, Molière est pris d’un malaise. L’événement survient pendant le ballet burlesque. On sort l’artiste de scène. Molière, alias Jean-Baptiste Poquelin, est aussitôt ramené chez lui en chaise à porteurs. Il habite non loin, rue de Richelieu. A son arrivée, Molière est couché dans son lit, et sa femme, Armande Béjart, lui propose un bouillon. Rien n’y fait. Il fait une nouvelle crise et meurt quelques heures plus tard. Il avait 51 ans.

Mort en pleine gloire

Son ami La Grange, en charge du registre de la troupe et proche de Molière, relatera que son ami était «fort incommodé d’un rhume et fluxion sur la poitrine, qui lui causait une grande toux, de sorte que dans les grands efforts qu’il fit pour cracher, il se rompit une veine dans le corps.»
En réalité, Molière ressentait des douleurs dans la poitrine depuis plusieurs années. Il était probablement atteint de tuberculose.
L’artiste, favori de Louis XIV pour qui il a composé de nombreuses pièces, laisse une trentaine de comédies, en vers ou en prose, qui passeront à la postérité et seront pour certaines très prisées des programmes scolaires.

1 réflexion sur « 17 février… 1673 – Molière, un malade pas si imaginaire »

Laisser un commentaire