13 février… 1692 – Massacre de Glencoe, en Ecosse

Exigeant la soumission des clans catholiques d’Ecosse, le roi d’Angleterre, d’Irlande et d’Ecosse Guillaume d’Orange punit les réticents. Le 13 février 1692, il fait massacrer tout un clan à Glencoe

Massacre de Glencoe, Ecosse, 1692. ©Royal Scottish Academy of Art & Architecture

Après avoir détrôné le dernier roi catholique d’Angleterre Jacques II Stuart, le protestant Guillaume d’Orange (Guillaume III pour l’Angleterre et l’Irlande, Guillaume II en Ecosse) a été couronné le 13 février 1689.
Trois ans jour pour jour après son arrivée au pouvoir et quelques mois après la fuite de Jacques Stuart en France, le souverain provoque un bain de sang en Ecosse.

La soumission de l’Ecosse catholique par le sang

Ce dernier a en effet exigé des chefs de clans catholiques du pays qu’ils lui prêtent allégeance avant le 1er janvier 1692. Ces derniers n’ont d’autre choix que de se libérer du serment fait à Jacques II.
Alastair MacLain, chef du clan MacDonald à Glencoe, est l’un des derniers à se soumettre. Il tarde à ce point que Guillaume d’Orange envoie chez lui cent-vingt hommes armés, commandés par Robert Campbell.
Parent éloigné de MacLain, celui-ci n’a aucun mal à se voir offrir l’hospitalité. Campbell somme à MacLain de céder mais Guillaume d’Orange souhaite désormais plus que cela. Il veut faire un exemple.

Deux semaines après son arrivée à Glencoe, Robert Campbell reçoit ainsi l’ordre royal de massacrer tout le clan. Il obtempère, la nuit venue. La tuerie fait 38 victimes, dont Alastair MacLain. Certains parviennent à s’échapper sans que les soldats, pour certains pris de scrupules, ne les poursuivent.
L’événement choque le Royaume-Uni, catholiques et protestants confondus. Il est cependant loin d’être le seul massacre de l’histoire du pays, qui en a également connu de plus meurtriers dans le sempiternel conflit entre l’Angleterre et l’Ecosse.