7 février… 1992 – Le traité de Maastricht donne naissance à l’Union européenne (UE)

Au début des années 1990, la réunification de l’Allemagne et l’effondrement de l’URSS incitent à la création d’une Europe nouvelle, construite sur des bases saines. De cette volonté naîtra l’Union Européenne par la signature du traité de Maastricht, le 7 février 1992.

Traité de Maastricht. Museum der Bayerischen Geschichte. ©User:Mateus2019 — Photographie personnelle. CC BY 2.0 de

De la CEE à l’UE

Le Conseil européen, soit les douze Etats membres de la CEE (Communauté Economique Européenne) créée par le traité de Rome en 1957, se réunit à Dublin, au mois de juin 1990.
Six mois après, le 15 décembre, s’ouvrent deux conférences intergouvernementales: l’une sur «l’Union économique et monétaire», l’autre sur «l’Union politique».

Toutes deux débouchent un an plus tard, à Maastricht (Pays-Bas), à une nouvelle réunion du Conseil européen. Après plus de trente heures de débats et de négociations, le 11 décembre 1991, un accord est conclu sur la création d’un traité instituant «l’Union européenne». Celle-ci, en sus des objectifs économiques de la CEE, se dote d’une vocation politique.

Ce même traité est signé deux mois plus tard, le 7 février 1992, par les représentants des douze Etats membres. En France, il sera ratifié par un référendum le 20 septembre 1992. 51,04% se prononcent en faveur du traité, 48,96% se disent contre.

Les organes d’un nouveau pouvoir

Le traité de Maastricht entre en vigueur le 1er novembre 1993. Il forme donc la nouvelle Union européenne entre l’Allemagne, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, le Portugal, le Royaume-Uni et les Pays-Bas.
Cette Union inclut désormais les trois communautés précédemment créées : la Communauté Economique Européenne (CEE) qui devient Communauté Européenne (CE), la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA) et la Communauté Européenne de l’Energie Atomique (CEEA).
Le Parlement européen est par ailleurs renforcé. La Cour des Comptes devient quant à elle une institution européenne. Un Comité des Régions représentera les collectivités territoriales.

Les uns arrivent, l’autre part

Les habitants de l’UE deviennent citoyens européens. Ils peuvent désormais circuler librement entre les pays membres.
Seize autres pays vont rejoindre l’UE dans les vingt années qui suivent :
– en 1995, la Suède, la Finlande et l’Autriche;
– en 2004, c’est au tour de l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie, la Pologne, la République Tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, la Slovénie, Malte et Chypre;
– la Roumanie et la Bulgarie arrivent en 2007;
– en 2013, la Croatie.
A ce jour cependant, l’UE ne compte plus 28 Etats membres mais 27, depuis la sortie définitive du Royaume-Uni le 31 décembre 2020.

La dette à l’épreuve de la Covid-19

A noter que le Brexit n’est pas le seul bouleversement auquel l’Union Européenne doit faire face récemment. Sur ses trois piliers fondateurs – l’union économique et monétaire, la politique étrangère et de sécurité commune, la justice et les affaires intérieures – l’un s’en trouve largement ébranlé…
En créant la monnaie commune euro, l’union économique et monétaire a dans le même temps convenu que la dette de chacun des pays membres devait être inférieure à 60% du PIB.
L’épidémie de coronavirus en a cependant décidé autrement dans de nombreux Etats européens. Pour preuve, celle de la France a atteint, en ce début d’année 2021, près de 120%…

Laisser un commentaire