15 janvier… 1200 – Fondation de l’Université de Paris

Devant la diversification de l’enseignement et des enseignants, Philippe Auguste entreprend d’institutionnaliser le tout et crée, par un diplôme le 15 janvier 1200, l’Université de Paris. Il écrit ainsi l’un des chapitres les plus passionnants de l’histoire de France : celui de l’éducation.

Cour d’Honneur du lycée Louis-le-Grand, à Paris, ancienne Université de Paris. © Kajimoto~commonswiki (auteur supposé) – Travail personnel (supposé) / Wikimedia Commons. CC BY 2.5

Diversification des écoles

Jusque là essentiellement dispensé dans les monastères qui formaient leurs futurs membres, l’enseignement s’élargit au VIe siècle aux écoles paroissiales. Aux VIIIe et IXe siècle, viennent s’ajouter des écoles épiscopales où l’éducation est assurée par des chanoines (des clercs dépendant de l’évêque).
Vers 1180, l’augmentation du nombre d’étudiants incitent certains d’entre eux à ouvrir des écoles «privées» sous l’apparence d’une corporation de métier, qui prend le nom de universitas magistorum et scholarium Parisiensis (communauté des maîtres et des élèves de Paris). Implantées rive gauche, ces écoles libres se rapprochent de fait de l’abbaye Sainte-Geneviève qui dépend de l’autorité du Pape. Les évêques craignent de fait un accroissement du nombre de ces écoles, et la perte progressive du contrôle de l’enseignement.

Philippe Auguste institutionnalise l’enseignement

Pour mettre un terme aux dissensions, Philippe Auguste entreprend donc de clarifier la situation.
Par un diplôme signé de sa main le 15 janvier 1200, il accorde aux membres de la corporation universitas magistorum et scholarium Parisiensis, le «for ecclésiastique». Il comprend un certain nombre de privilèges comme l’exemption de taxes et des charges militaires; mais aussi l’excommunication pour quiconque porte la main sur eux. De même, ils ne peuvent être jugés que par un tribunal ecclésiastique, comme des clercs. Ce qu’ils sont.
L’Université – mot qui désigne l’association de maître et d’étudiant – de Paris est née.

L’Université à l’oeuvre

La charte de Philippe Auguste regroupe les écoles en faculté selon leur spécialité.
L’élève passe d’abord par l’école des Arts Libéraux, où le cursus est composé du trivium (grammaire, dialectique, rhétorique) et du quadrivium (arithmétique, géométrie, astronomie, musique). Après cela, l’étudiant peut se spécialiser dans l’une des trois facultés : Décret (ou droit canonique), Théologie ou Médecine. Lorsqu’il y entre, il est généralement âgé de 13-14 ans et ses études peuvent prendre jusqu’à 15 ans.

Pour abriter les élèves, se créent des collèges, qui sont des lieux de vie et non de cours.
Le premier, le collège des Dix-Huit, est fondé en 1180.
Au fur et à mesure des décennies et de la multiplication de ces établissements, l’association hébergement / enseignement devient la norme. Parmi les collèges les plus célèbres : le collège des Cordeliers, fondé en 1217; celui des Bernardins, en 1246 ou encore celui des Carmes, en 1255.

La création de l’Université de Paris par Philippe Auguste en fait la troisième plus vieille d’Europe, après celle de Bologne fondée en 1088 et celle d’Oxford en 1165.