24 décembre… 1979 – Premier lancement de la fusée d’Ariane

A 18 h 14 min 38 sec (heure de Paris), depuis la base de Kourou en Guyane, le tout premier lanceur de satellites européens, Ariane, décolle avec succès. Nous sommes à la veille de Noël, le 24 décembre 1979.

C’est une réussite, la fusée Ariane a quitté le sol ! Enfin !
Avant d’en arriver là, la France a en effet connu plusieurs déboires…

Un projet franco-européen

Désireuse d’occuper elle aussi l’espace via le domaine des télécommunications – jusque là dominé par l’Amérique -, l’Hexagone et d’autres pays européens ébauchent plusieurs programmes de lanceurs dès le début des années 60.

Dans cette dynamique naissent tour à tour : le CNES, Centre National d’Etudes Spatiales, en France en 1961; l‘Aérospatiale, premier constructeur aéronautique européen, en 1970; et l’ESA, European Space Agency, en 1975.
Ainsi, piloté par la France via le CNES, le projet Ariane (nom trouvé par le ministre du Développement Industriel et Scientifique, Jean Charbonnel) mobilise une quarantaine d’entreprises d’une douzaine de pays européens (France, Allemagne, Italie, Belgique, Espagne, Pays-Bas, Suède, Suisse, Norvège, Autriche, Danemark, Irlande). La composante industrielle est confiée à l’Aérospatiale.

Un lancement de 208 tonnes

En 1977, les premiers essais commencent. Ceux des moteurs du premier étage tout d’abord. Puis en 1978, c’est au tour de ceux des deuxième et troisième étages. Enfin, le 1er octobre 1979 débute la première campagne de tir. In fine, sous la direction de Frédéric d’Allest, 2500 techniciens, ingénieurs et ouvriers auront de concert mené à bien le projet spatial : un lanceur de 47,4 m de hauteur et 3,8 m de diamètre, pesant 208 tonnes et pouvant emporter sur une orbite de transfert géostationnaire un satellite de 1750 kg.

Le tir est programmé le 15 décembre. Quantité d’officiels se sont déplacés jusqu’à Kourou pour cet événement d’ors et déjà historique. Mais ce jour-là, si ses 4 moteurs s’allument, la fusée Ariane ne décolle pas. Une défaillance est alors détectée dans une tuyauterie de mesure de pression.
Pour autant, comme le souligne Pierre Langereux dans le Air & Cosmos du 15 décembre 1979, «c’est probablement la dernière chance [pour l’Europe] de réaliser ses ambitions spatiales, face à la domination technique et commerciale des Etats-Unis.»
Et justement, l’Europe compte bien la saisir ! Une nouvelle tentative est programmée le 23 décembre. Mais la météo, une tension des batteries de l’ordinateur K1 et des soucis de pression au niveau de la sphère d’hélium provoquent un nouvel échec. Le lancement est reporté au lendemain.

Vers l’indépendance spatiale

Le 24 décembre est le jour J. Après de nouvelles rectifications, la fusée est fin prête et à 14h14, heure locale, les moteurs s’allument.
825 secondes soit près de 14 minutes plus tard, la Capsule Technologique (CAT) embarquée par Ariane est placée avec succès sur orbite. L’Europe a gagné son indépendance spatiale !

Bien sûr, d’autres échecs ponctueront par la suite le programme Ariane, mais cinq autres verront néanmoins le jour. Le dernier en date, Ariane 6, a décollé le 26 novembre 2019. Soit à un mois à peine du 40e anniversaire de ce premier succès historique !