6 décembre… (intemporel) – Célébration de la Saint Nicolas

Inspirée de l’histoire de Nicolas de Myre (ou Nicolas de Bari), la fête de la Saint Nicolas anime les villes d’Europe, chaque 6 décembre depuis des siècles. Avis aux enfants sages, cette année encore, il arrive chargé de friandises ! Pour les autres, gare au Père Fouettard !

La légende de Saint Nicolas

Il était une fois, à l’approche de l’hiver, trois enfants partis glaner dans les champs. A la nuit tombée, ne retrouvant plus le chemin du retour, ils se dirigèrent vers une maison éclairée. L’homme qui habitait là était un boucher, du nom de Pierre Lenoir. Il leur offrit l’hospitalité. Mais dès que les bambins furent entrés, l’homme les tua. Puis avec son grand couteau, il les coupa en petits morceaux qu’ils mit ensuite dans un saloir, afin d’en faire du petit salé.

Saint Nicolas, chevauchant son âne, vint à passer par là et frappa à son tour à la porte du boucher. N’osant pas rejeter un évêque, celui-ci le convia à dîner. Son invité lui demandant du petit salé, l’homme comprit qu’il était découvert et, pris au piège, avoua tout. Le saint homme étendit alors trois doigts au-dessus du tonneau de petit salé, reconstituant et ressuscitant ainsi les trois enfants.

Saint Nicolas enchaîna le boucher à son âne et le garda auprès de lui pour le punir. Il devint le père Fouettard, être mauvais au caractère violent et irascible, dont le rôle est de réprimander les enfants désobéissants et les cancres. Toujours vêtu de noir, caché sous une cagoule et une épaisse barbe noire, il incarne tout l’opposé de Saint Nicolas, au visage bienveillant, qui récompense les enfants sages.

Une relique et une basilique

Saint Nicolas est Nicolas de Myre, aussi appelé Nicolas de Bari, né au IIIe siècle en Asie Mineure.
A la fin du XIe siècle, un chevalier lorrain du nom d’Aubert de Varangéville aurait rapporté une relique du saint, depuis la basilique San Nicola de Bari en Italie, jusqu’en Lorraine. Cette relique n’était autre qu’une phalange de la main droite de Saint Nicolas avec laquelle il aurait ressuscité les enfants. Au XVe siècle, une basilique fut construite en l’honneur de ce dernier à Saint-Nicolas-de-Port. Elle y abrite la relique.

Saint patron des enfants et des écoliers, Saint Nicolas est aussi, selon les pays, celui des bateliers, des marins et des navigateurs, des prisonniers, des avocats, des kinésithérapeutes ou encore des personnes célibataires…
En France, il est en plus et en premier lieu, le saint patron de la Lorraine.

Très présent en Alsace, dans les Ardennes et le Nord-Pas-de-Calais également, Saint Nicolas est aussi fêté en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg, en Autriche, en Pologne, en Russie, en Suisse…

La fête de Saint Nicolas

La tradition dans la plupart de ces pays d’Europe veut que le 5 décembre au soir, les enfants laissent de quoi manger à l’âne et de quoi boire à Nicolas. En échange, ce dernier apporte toutes sortes de friandises aux enfants qui ont été sages. Des bonbons bien sûr, mais aussi des pommes, des oranges, des fruits secs, des chocolats, du pain d’épices…

Le 6 décembre, une grande procession aux flambeaux est organisée dans la basilique Saint-Nicolas-de-Port. Des défilés ont aussi lieu dans de nombreuses villes pour le saint patron qui déambule, accompagné du père Fouettard. Souvent vêtu de noir, ce dernier est parfois affublé de cornes et muni d’un fouet… Gare aux chenapans !