Schéma en 3D d'un coeur et des artères coronaires

3 décembre… 1967 – La première greffe du coeur est réalisée avec succès

Dans la ville du Cap, en Afrique du Sud, Louis Washkansky, 53 ans, est le tout premier patient à bénéficier d’une transplantation cardiaque. Elle est réalisée avec succès le 3 décembre 1967 par le professeur Christiaan Barnard.

Le chirurgien cardiaque sud-africain Christiaan Barnard réalise la première transplantation cardiaque, le 3 décembre 1967.

Monsieur Darvall, habitant du Cap, n’aurait jamais imaginé avoir une telle décision à prendre un jour… Le 2 décembre 1967, sa vie change à jamais : alors qu’elles traversaient la rue, sa femme et sa fille sont renversées par une voiture. La première meurt sur le coup ; la seconde, prénommée Denise, est emmenée à l’hôpital Groote Schuur. Son coeur bat encore mais son cerveau ne fonctionne plus.

Le professeur Christiaan Barnard, 45 ans, exerce là-bas. Il a constaté la compatibilité de la jeune fille, âgée de 25 ans, avec un de ses patients atteint d’une grave affection des artères coronaires. Barnard expose alors la situation : Denise est en état de mort cérébrale – un tabou à une époque où le décès n’est effectif aux yeux de la loi que quand le coeur a cessé de battre ; pour autant, sa mort peut sauver des vies, par le don de ses organes.

C’est ainsi que Monsieur Darvall décide le 3 décembre, non sans mal, que sa fille soit débranchée d’une part, et que son rein droit et son coeur notamment, soient prélevés.
Le premier organe sauve la vie d’un jeune garçon de 10 ans, Jonathan van Wyk, qui souffrait d’insuffisance rénale.
Le deuxième donne l’occasion tant espérée par le professeur Barnard de tenter la toute première transplantation cardiaque au monde.

Dix heures d’opération

Le bénéficiaire de cette greffe du coeur inédite, est Louis Washkansky. Il est âgé de 53 ans et souffre d’une maladie coronarienne.
Christiaan Barnard est confiant. Il s’est exercé six années durant, en pratiquant près de 50 greffes cardiaques sur des chiens. L’opération mobilise une trentaine de personnes et dure environ dix heures. Le nouveau coeur bat, le patient se réveille. C’est un succès. Mais Louis Washkansky ne survit que dix-huit jours. Les radiations administrées à haute dose pour lui éviter le rejet du greffon, lui ont fait perdre toutes ses défenses immunitaires. Il succombe à une infection pulmonaire.

Un mois plus tard, le professeur Barnard tente une nouvelle transplantation cardiaque, sur un patient de 58 ans, Philip Blaiberg. Celui-ci survivra plusieurs mois. Puis, deux autres transplantés vivront avec leur nouveau coeur 12 et 23 mois.

D’autres greffes autour du monde

La première transplantation cardiaque d’un coeur humain, qui plus est réussie, fait vite le tour du monde. A leur tour, des médecins spécialistes effectuent des tentatives. Sur l’année 1968, une centaine de transplantations cardiaques sont opérées. Mais les résultats sont peu convaincants.
En cause notamment, la mauvaise maîtrise des immunosuppresseurs employés à l’époque pour éviter un rejet du greffon.
Il faudra attendre l’apparition de la cyclosporine au début des années 1980 pour constater une nette amélioration de l’état des personnes transplantées.

Ainsi, le professeur Christian Cabrol effectue la première transplantation cardiaque européenne le 27 avril 1968, à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Le patient ne survit que deux jours. Mais Cabrol effectuera près de quatre-cents autres greffes, avec autrement plus de succès.

Le professeur Barnard quant à lui, revêt à nouveau et plusieurs fois sa casquette de pionnier dans les années qui suivent, notamment en 1974 en réalisant la toute première double transplantation au monde. Il meurt en 2001, à 78 ans… d’une crise cardiaque.

Laisser un commentaire