Tableau de Rubens décrivant l'échange des princesses à la frontière pyrénéenne : Anne d'Autriche épouse le roi de France tandis qu'Elisabeth de France épouse le roi d'Espagne.

28 novembre… 1615 – Mariage de Louis XIII et Anne d’Autriche

Dans la cathédrale Saint-André de Bordeaux, le 28 novembre 1615, deux jeunes gens d’à peine 14 ans s’unissent pour le meilleur et pour le pire. Le couple que forment dès lors Louis XIII et Anne d’Autriche ne sera pas heureux. Il donnera néanmoins à la France le plus grand monarque du Grand Siècle, Louis XIV.

L’échange des princesses à la frontière pyrénéenne, Anne d’Autriche (à droite) épouse le roi de France, tandis que Élisabeth de France (à gauche) épouse le roi d’Espagne, par Pierre Paul Rubens, en 1622, musée du Louvre. Domaine public

Une affaire politique

L’union de Louis XIII et Anne d’Autriche est, comme tous les mariages royaux, une affaire d’alliance politique avant tout. Cet arrangement est l’oeuvre de Marie de Médicis, veuve d’Henri IV et mère de Louis XIII, ainsi que de son favori et manipulateur Concino Concini.

Il s’agit par là d’asseoir le pouvoir de la France en Europe et de contenir la dynastie des Habsbourg en les introduisant à la Cour.
Aux yeux de tous, ils sont «l’ennemi». Pour Louis XIII, «l’ennemi de papa» plus précisément.
Mais Papa est mort, assassiné par un certain Ravaillac en mai 1610 alors que Louis XIII n’avait pas 9 ans. Sa mère a de fait assuré la régence jusqu’à ses 13 ans.
Bien qu’exerçant comme roi depuis un an maintenant, Louis XIII ne s’est pas affranchi de l’autorité de sa mère qu’il aime et admire – ce qu’elle ne lui rend pas. Il ne s’en libèrera jamais vraiment d’ailleurs.

La chose est donc convenue : Louis XIII épousera Anne d’Autriche, fille du roi d’Espagne Philippe III de Habsbourg et de Marguerite d’Autriche. Le mariage entre le roi de France et l’Infante d’Espagne se déroulera le 28 novembre 1615 à mi-chemin des deux Cours royales, dans la cathédrale Saint-André de Bordeaux.

Un couple à l’épreuve

Les futurs mariés sont presque jumeaux. Il est né le 27 septembre 1601 et elle 5 jours avant, le 22. Louis XIII est bel homme. Anne d’Autriche, avec sa taille fine, ses cheveux blonds et ses yeux verts, resplendit. Le tableau est parfait, ils sont magnifiquement assortis.

Au milieu d’un véritable déploiement de faste ce 28 novembre, Anne d’Autriche est ravie.
Mais il n’en est pas de même pour le jeune roi qui n’éprouve que dégoût pour les femmes – sauf pour sa mère – et ne souhaite se marier ni avec une Habsbourg ni avec aucune autre.
Quoiqu’il en soit, Louis fait son devoir.

Mais, comme si tout cela ne suffisait pas déjà, la nuit de noces achève d’écoeurer Louis XIII. Non pas que sa jeune épouse y soit pour grand chose. En réalité, le protocole imposant de valider l’union par la consommation, l’heure n’est pas à la tendresse et encore moins à l’intimité. Car, pour s’assurer que le mariage est valide, deux nourrices, une française et une espagnole, tendent l’oreille derrière les rideaux, de part et d’autre du lit…
C’est ainsi que, dans les années qui suivent, Louis XIII ne remplira son devoir d’époux qu’au minimum exigé par le protocole.

Anne d’Autriche, femme et mère

Dans les mois et les années qui suivent, la jeune reine n’a pas la vie facile.
Déjà peu considérée par son époux, elle n’est pas plus soutenue depuis son arrivée par sa belle-mère Marie de Médicis. Celle-ci n’est en effet aucunement décidée à lui céder le rôle de reine. Quant au Cardinal de Richelieu, chef du conseil de Roi, il voue une inimitié profonde pour cette Habsbourg. Tout ceci achève de nuire à sa relation avec Louis XIII.
D’autant que, pour ne rien arranger, Anne d’Autriche multiplie les fausses couches. Leur mariage reste stérile pendant 23 ans. Louis-Dieudonné, futur Louis XIV, naît finalement le 5 septembre 1638, suivi de Philippe, futur duc d’Orléans, le 21 septembre 1640.

Mère aimante et attentionnée, Anne d’Autriche trouvera finalement l’amour chez ses enfants. Mais aussi dans son idylle avec le duc de Buckingham, rencontré lors d’un voyage en Angleterre en 1624.
Elle parviendra également à imposer son autorité en tant que reine. Mais c’est surtout à la mort de Marie de Médicis en 1642 puis à celle de son mari, en 1643, qu’Anne d’Autriche va briller par sa régence du royaume durant huit ans, jusqu’à la majorité de Louis XIV, en 1651.

Laisser un commentaire