27 novembre… 1963 – «Les Tontons flingueurs», un film « divertissant », sort en salles

«Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les r’connaît.» Depuis 1963, la phrase a été des millions de fois empruntée à son auteur, le dialoguiste Michel Audiard. Prononcée par Lino Ventura dans Les Tontons flingueurs, cette réplique contribue avec des dizaines d’autres au succès, même tardif, du film de Georges Lautner.

A lui seul, l’extrait de la cuisine comporte plusieurs répliques mordantes et particulièrement savoureuses. En réalité, il constitue un formidable reflet du reste du film où rivalisent quantité d’autres bons mots, aussi piquants que le «Touche pas au Grizzby… salope !» sorti du coeur par Francis Blanche !

Un casting au top

Les Tontons flingueurs, signés du réalisateur Georges Lautner, n’est pas un succès, c’est une référence. Par son casting tout d’abord : sur un seul écran, Lautner réunit Lino Ventura, Bernard Blier, Francis Blanche, Claude Rich, Jean Lefebvre, Venantino Venantini

Persuadé de ne faire rire personne, Ventura ne se voyait pas incarner Fernand Naudin. Comme Lautner au départ, il imaginait davantage Jean Gabin.
Finalement entré dans l’équipe, Lino Ventura, qui travaillait de façon très méthodique, a du composer avec le penchant prononcé de Francis Blanche, pour l’autodérision et l’improvisation. Un talent encouragé d’ailleurs par Georges Lautner tout au long du tournage !

Des répliques cultes

Le film doit évidemment aussi et surtout d’être devenu culte par les dialogues de Michel Audiard. C’est d’ailleurs la première collaboration du réalisateur et du dialoguiste. Ils se retrouveront pour treize autres films. Parmi eux, Ne nous fâchons pas en 1966, Le Professionnel en 1981 et, seulement un an après Les Tontons flingueurs, en 1964, le film Les Barbouzes.
Outre les deux hommes, ce dernier réunit aussi une grande partie de l’équipe des Tontons: Lino Ventura, Bernard Blier, Francis Blanche, Philippe Castelli et Robert Dalban pour les acteurs ; Alain Poiré à la production ; Albert Simonin et Lautner au scénario…

A sa sortie le 27 novembre 1963, Les Tontons flingueurs est tout juste un film divertissant aux yeux du public. Le temps et la démocratisation de ses répliques lui donneront avec le temps ses lettres de noblesse…

Petit florilège :

  • – «Vous avez beau dire, y’a pas seulement que de la pomme, y’a aut’chose. Ça serait pas dès fois de la betterave, hein ?» (Paul Volfoni / Jean Lefebvre)
    «Si, y’en a aussi.» (Fernand Naudin / Lino Ventura)
  • «Non mais t’as déjà vu ça ? En pleine paix, y chante et pis crac, un bourre-pif ! Mais il est complètement fou ce mec ! Mais moi les dingues j’les soigne, j’m’en vais lui faire une ordonnance, et une sévère, j’vais lui montrer qui c’est, Raoul. Aux quat’ coins d’Paris qu’on va l’retrouver éparpillé par petits bouts façon puzzle… Moi, quand on m’en fait trop j’correctionne plus, j’dynamite… j’disperse… j’ventile… »
    (Raoul Volfoni / Bernard Blier)
  • «C’est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases !»
    (Maître Folace / Francis Blanche)