16 novembre… 1806 – L’explorateur Mungo Park disparaît en Afrique

Il est des expéditions plus périlleuses que d’autres…
En Afrique de l’Ouest où l’explorateur écossais part à deux reprises étudier le Niger, rien ne lui est épargné. Pas même la mort, sur le fleuve, le 16 novembre 1806…

A gauche : Portrait miniature de Mungo Park. Wikimedia Commons. Domaine public
A droite : Les voyages de Mungo Park (carte en allemand). ©Jens Nachtigall <nachtigall@web.de> — Travail personnel / Wikimedia Commons. CC BY-SA 3.0

Mungo Park est un jeune chirurgien de 24 ans. Recruté comme médecin par la Compagnie des Indes Orientales, il a effectué un premier voyage à Sumatra en Asie. La description qu’il en a faite à son retour a attiré l’attention de l’African Association à Londres.
Cette dernière l’engage par la suite pour reconnaître le Niger et identifier sa source. A l’époque, ce fleuve en forme de boucle, long de 4000km, est une véritable énigme géographique.

Première expédition africaine (1795-1797)

Mungo Park part seul pour cette mission, le 22 mai 1795.
Arrivé en Gambie en juin, il s’aventure dans les terres dès le mois de décembre. Mais il est assez vite arrêté par les Maures qui le retiennent prisonnier et le traitent en esclave.
Il parvient à s’évader au bout de quatre mois mais un autre calvaire l’attend : le désert, sans rien boire ni manger. Au bout de trois semaines, le 21 juillet 1796, il atteint le Niger à Ségou. Il remonte ensuite le fleuve vers Kamalia.
Park est épuisé et malade, d’autant que la saison des pluies a commencé. Une fois parvenu à rejoindre la ville, il reste plusieurs jours entre la vie et la mort. Sept mois lui sont nécessaires pour récupérer. Le 22 décembre 1797, après un léger détour par l’Amérique, il est enfin rentré au Royaume-Uni.

Il livre le récit de son périple dans Voyage à l’intérieur de l’Afrique, qui le rend célèbre.

Sur le fleuve Niger (1805-1806)

A l’automne 1803, le gouvernement lui demande de repartir pour la région du Niger et d’y poursuivre l’exploration amorcée six ans avant.
Cette fois néanmoins, Mungo Park part à la tête d’une imposante expédition.
L’aventurier dans l’âme prend aussi soin d’apprendre l’arabe.
Le navire quitte Portsmouth le 31 janvier 1805. Il n’atteint la Gambie qu’en août.
Durant le voyage, la dysenterie a fait plusieurs morts.
Une fois sur le Niger, à bord d’un bateau construit avec les moyens locaux, les fièvres et les attaques récurrentes d’autochtones prennent le relais et tuent encore une bonne partie de l’expédition.
Après avoir descendu le fleuve sur 1600km, Mungo Park et les derniers survivants sont attaqués par des Haoussas à hauteur de la ville de Boussa. L’embarcation coule, entraînant avec elle ceux qui se trouvaient à son bord. Comme bien d’autres, l’explorateur meurt noyé.

En 1827, pensant que Mungo Park a survécu et est retenu prisonnier à Boussa, son fils part à son tour en Afrique occidentale. Mais peu de temps après avoir débarqué, il tombe malade et meurt…
Premier explorateur européen à avoir visité l’Afrique, Mungo Park a laissé de nombreuses informations sur les sociétés noires avant la colonisation.

Laisser un commentaire