14 novembre… 1888 – Louis Pasteur inaugure un institut de recherche

Créé à l’initiative de Louis Pasteur qui lui a donné son nom, l’Institut poursuit sa vocation initiale, 132 ans après sa création : l’identification des virus et le traitement des maladies par la recherche des vaccins notamment.

Façade historique de l'Institut Pasteur à Paris
Institut Pasteur à Paris. ©Luca Borghi — Travail personnel. Domaine public

Le voeu de Louis Pasteur exaucé

Chimiste de formation, Louis Pasteur se distingue autant dans le domaine de la biologie que celui de l’agriculture ou de la médecine.
Cependant, c’est à l’invention de la pasteurisation en 1865 et à la découverte d’un vaccin contre la rage surtout, que l’homme doit sa notoriété mondiale. Ce dernier exploit, réalisé en 1885, attire à lui des scientifiques du monde entier, désireux de s’instruire à ses côtés.

La portée de cette découverte donne à Louis Pasteur l’idée d’un établissement tout entier dédié à la recherche de virus. Dans cette optique, l’Académie des Sciences lance alors une souscription à l’échelle internationale. Elle récolte deux millions de francs.
Le 14 novembre 1888, rue de Vaugirard, un institut de recherche est ainsi inauguré par le président Sadi Carnot.

L’Institut et sa renommée

Dirigé par Louis Pasteur jusqu’à sa mort en 1895, l’Institut à qui le chercheur a donné son nom, gagne vite en renommée.
Fondation française à but non-lucratif, elle est toute entière consacrée à l’étude de la biologie, des micro-organismes, des maladies et des vaccins.

Les missions qu’elle s’est fixée ? Recherche, Santé, Enseignement et Innovation.
Aujourd’hui, l’Institut compte 2780 collaborateurs à Paris, 23 000 dans le monde.
En effet, 32 établissements, membres du Réseau international des instituts Pasteur, se sont développés à son image autour du globe.
A noter enfin que 10 Prix Nobel ont été décernés à des chercheurs de Pasteur jusque là. En font partie Emile Roux pour son sérum antidiphtérique, en 1891; Alexandre Yersin pour avoir isolé le bacille de la peste en 1894; Albert Calmette et Camille Guérin pour le vaccin BCG en 1921; ou encore Luc Montagnier et Françoise Barré-Senoussi pour le virus du Sida en 1983…

A quand un vaccin (et un autre onzième Nobel) contre la COVID-19 ?