11 novembre… 1940 – Les lycéens de Paris défient Pétain et l’occupant

Ce jour marque à Paris et en France, le premier acte public de résistance vis-à-vis de l’ennemi. Le 11 novembre 1940, des étudiants et des lycéens manifestent haut et fort sur les Champs-Elysées contre la Collaboration et l’arrestation par les Allemands d’un de leurs professeurs. C’était il y a 80 ans…

Des étudiants manifestent en descendant les Champs-Elysées
Manifestation des étudiants contre l’occupant, le 11 novembre 1940 sur les Champs-Elysées à Paris.

L’arrestation de Paul Langevin

Il y a eu d’abord l’armistice, signé le 22 juin 1940. Puis, le maréchal Pétain qui s’est arrogé les pleins pouvoirs, le 10 juillet. Ensuite, ce dernier a fait promulguer une loi sur le statut des Juifs, le 3 octobre. Et le 24 octobre, une entrevue entre Hitler et le Maréchal à Montoire… Jusqu’au 30 où son aversion bien connue pour le nazisme a valu au professeur et physicien Paul Langevin d’être arrêté.

Ce dernier événement engendre chez bon nombre de lycéens et d’étudiants une vague de colère. Bien que le gouvernement ait interdit les rassemblements, ces derniers envisagent de manifester le 11 novembre, jour de commémoration de l’armistice de 1918 et donc de célébration de la défaite de l’Allemagne à l’époque. Le Général de Gaulle les encourage depuis Londres.

Contre Pétain, Laval et Hitler

Venus du Quartier Latin, du lycée Janson de Sailly et de nombreux autres établissements scolaires parisiens, 3000 à 5000 étudiants et lycéens se retrouvent sur les Champs-Elysées. D’une seule voix, ils huent Pétain, Laval (vice-président du Conseil) et Hitler.
Devant les soldats allemands médusés, installés aux terrasses des cafés, les jeunes manifestants se dirigent vers l’Arc de Triomphe.

Si la police intervient plus que mollement dans un premier temps, la Wehrmacht ne tarde pas à prendre le relais et à tirer à l’aveugle. Aucun mort n’est heureusement déploré et, si une centaine est arrêtée, la majorité des jeunes a le temps de se disperser.
Par cette manifestation, les jeunes Parisiens ont démontré publiquement et les premiers leur détermination à résister. Paul Langevin de son côté, est libéré un mois après.

Laisser un commentaire