9 novembre… 1970 – De Gaulle est mort, la France perd un géant

«Françaises, Français, le général de Gaulle est mort, la France est veuve…» Par ces mots, le président Georges Pompidou informe le pays, le matin du 10 novembre 1970, de la mort du Général la veille au soir. C’était il y a cinquante ans.

Charles de Gaulle, debout, lors d'une cérémonie officielle en 1961
Charles de Gaulle en 1961. ©Bundesarchiv, B 145 Bild-F010324-0002 / Steiner, Egon / CC BY-SA 3.0 de

De Gaulle en toute simplicité

«Je ne vais pas mal mais rassurez-vous, un jour, je ne manquerai pas de mourir…» indiquait le Général de Gaulle en février 1965.
Cinq ans et demi après, au soir du 9 novembre 1970, dans sa maison de La Boisserie à Colombey-les-deux-Eglises, l’ancien président fait un malaise alors qu’il joue aux cartes. Il est 19h15 quand il s’éteint, auprès des siens. Il aurait eu 80 ans treize jours plus tard.

Trois jours après, De Gaulle est inhumé dans le cimetière de Colombey. Il y rejoint sa fille Anne, morte à l’âge de 20 ans en 1948.
Une foule immense accompagne le cercueil porté par des villageois. L’armée aussi a fait le déplacement, «sans musique, ni fanfare, ni sonnerie» selon les volontés du général. Ainsi, très entouré mais sans cérémonie, le sauveur de la Seconde Guerre mondiale est inhumé, en toute simplicité.
Sur sa tombe est seulement inscrit : «Charles de Gaulle 1890-1970».

La reconnaissance de la patrie

Aucune personnalité politique ne s’est en effet déplacée à Colombey. L’hommage officiel est rendu à Notre-Dame de Paris. Une trentaine de chefs d’Etat et de têtes couronnées assistent à la messe donnée en son honneur.
Dehors, un demi-million de Français ont remonté les Champs-Elysées pour déposer des fleurs place de l’Etoile.
Ailleurs dans le pays, les églises sonnent le glas. Ce jeudi 12 novembre 1970 est un jour de deuil national. Le premier pour un président.

La France perd un géant.
Son successeur le président Georges Pompidou, en annonçant sa mort le 10 novembre, se charge de rappeler au pays ce qu’il lui doit.

… En 1940, de Gaulle a sauvé l’honneur, en 1944, il nous a conduits à la Libération et à la victoire, en 1958, il nous a épargnés la guerre civile, il a donné à la France actuelle ses institutions, son indépendance, sa place dans le monde, en cette heure de deuil pour la Patrie, inclinons-nous devant la douleur de Mme de Gaulle, de ses enfants, de ses petits-enfants, mesurons les devoirs que nous impose la reconnaissance, promettons à la France de n’être pas indigne des leçons qui nous ont été dispensées et que, dans l’âme nationale, de Gaulle vive éternellement».

50 ans après, mais aussi 130 ans après sa naissance, Charles de Gaulle fait l’objet de nombreux hommages. Histoire TV notamment, propose 3 coproductions inédites consacrées au Général, chaque vendredi du 6 au 20 novembre dès 20.50 (et en replay) :
La République et ses généraux, de Eric Deroo, le 6 ;
Ils détestaient De Gaulle, de Patrick Jeudy, le 13 ;
26 jours pour tuer De Gaulle, de Cédric Gruet, le 20.

Un commentaire sur “9 novembre… 1970 – De Gaulle est mort, la France perd un géant

Laisser un commentaire