6 novembre… 1836 – Le dernier roi de France, Charles X, est mort

Le dernier de la dynastie des Bourbons à avoir régné sur la France s’éteint le 6 novembre 1836. Le roi déchu, qui a abdiqué six ans auparavant, meurt en exil, victime du choléra.

Portrait du roi Charles X en costume de sacre

Il est le dernier roi de France.
Son cousin, le duc d’Orléans régnant sous le nom de Louis-Philippe Ier, est roi des Français.

La subtilité dans l’appellation a son importance : tandis que Charles X était, comme tous les rois qui l’ont précédé, un monarque de droit divin c’est-à-dire « investi par Dieu », Louis-Philippe a été élu roi par le peuple.

Le 2 août 1830, après les Trois Glorieuses de 27, 28 et 29 juillet, aussi appelées « révolution de juillet », Charles X a été contraint d’abdiquer.

__________________________________
Charles X en costume de sacre, portrait de François Gérard (1825). ©François Gérard / Wikimedia Commons. Domaine public

Les raisons de l’abdication

Charles X a toujours rêvé d’un retour à l’Ancien Régime, celui que la France a connu jusqu’à son frère Louis XVI. Dès 1789, alors que la monarchie montre de sérieux signes de faiblesse, il parcourt les cours d’Europe pour demander l’aide des défenseurs de la cause royale.
Depuis l’Angleterre, il voit la Révolution et le Premier Empire défigurer la France des Bourbons.

Comte contre Roi

Lorsqu’il revient en avril 1814, il signe en tant que lieutenant général du royaume, une convention militaire qui retire à la France toutes ses conquêtes depuis 1792.

Charles X n’est pas encore Charles X. Il est comte d’Artois.
Pendant les dix années du règne de son autre frère aîné, Louis XVIII, il ne va avoir de cesse de s’opposer à sa politique conciliante et à sa Charte constitutionnelle.
Sa résidence du pavillon de Marsan devient le centre de l’opposition ultraroyaliste.

Lorsque Louis XVIII meurt sans héritier en 1824, le comte d’Artois monte sur le trône. Le nouveau roi Charles X en profite alors pour renouer avec une tradition monarchique ancestrale : le sacre à Reims.

Trop Roi pour les Français

La cérémonie qui se déroule dans la cathédrale le 29 mai 1825, est véritablement fastueuse. Charles X veut redonner vie à la monarchie absolue de droit divin.
Bien sûr, il prête serment à la Charte constitutionnelle, mais uniquement «pour rassurer l’opinion».
Tout dans le déroulement du sacre, jusqu’au toucher des écrouelles (maladie que les rois guérissaient au nom de Dieu) le 31 mai, prouve la volonté de Charles X de rayer l’épisode révolutionnaire et de revenir quarante ans en arrière.

Cinq années de règne, durant lesquels Charles X tente toujours plus de se passer de l’avis des parlementaires, suffisent à déclencher la Révolution de Juillet.
Au cours des 27, 28 et 29 juillet, aussi appelés les Trois Glorieuses, des émeutes s’enchaînent. Charles X est contraint de se réfugier le 30 à Rambouillet puis le 2 août à abdiquer.

Dans une lettre adressée à son cousin Louis-Philippe, duc d’Orléans et lieutenant général du royaume, Charles X indique qu’il abdique à la faveur de son petit-fils le duc de Bordeaux, futur Henri V, et qu’il doit assurer la régence en attendant la majorité de ce dernier.

Louis-Philippe prend le pouvoir en se gardant bien de préciser toutes les volontés du roi déchu.

Un Bourbon en exil

Sous le titre de comte de Ponthieu, Charles X s’exile en Ecosse, tout d’abord.
Il s’installe ensuite au château de Prague.
Le choléra sévit alors en Europe centrale et l’ancien roi de France tente de lui échapper.
Indésirable en France ainsi que son cousin lui a signifié, il s’installe finalement au château de Graffenberg à Gorizia, à la frontière de l’Italie et de la Slovénie.
Charles X est avec son fils, le duc d’Angoulême, son épouse, sa belle-fille et ses enfants.
Des fidèles de la monarchie l’accompagnent également : le duc de Blacas, conseiller et confident, et le comte de Montbel, capitaine des Gardes et premier écuyer.

Le 4 novembre encore, tout va pour le mieux. C’est le jour de la saint Charles, le roi est ovationné par la population locale.
Puis, un vent très redouté dans la région, la bora, se lève. Montbel écrira dans ses Souvenirs à ce propos :
«La bora vint à souffler avec violence, des tourbillons de neige encombrèrent les montagnes; un vent vif pénétrait jusque dans nos veines. Nous fûmes tous malades. Le roi seul sembla invulnérable et s’occupa de ceux qui souffraient. Aucune altération ne se manifestait dans son extérieur.»

Le choléra n’épargne pas pour autant le roi de 79 ans. Après une nuit des plus difficiles et une journée qui s’étire dans la souffrance, Charles X s’éteint à une heure et demie du matin, le 6 novembre. Le dernier roi de France est mort.

Un commentaire sur “6 novembre… 1836 – Le dernier roi de France, Charles X, est mort

Laisser un commentaire