29 octobre… 1959 – Pilote, premier magazine de la BD à la française, sort en kiosque

Le 29 octobre 1959, la bande-dessinée fait une entrée fracassante dans la culture française avec l’arrivée dans les kiosques de Pilote. Le nouveau magazine est un succès immédiat.

Couverture du premier numéro du magazine Pilote.

La BD made in France

Bien sûr, les Français connaissent déjà l’art de la bande-dessinée.
Dans les comics américains, largement importés en Europe, ils suivent déjà les aventures de Superman, Batman, Captain America, Bugs Bunny, Popeye, G.I. Joe, Charlie Brown et bien d’autres…
A travers aussi des publications belges comme Le Journal de Tintin et Spirou.

Dès le 29 octobre 1959 cependant, ils découvrent de nouveaux héros bien de chez eux, à travers un nouveau magazine, intitulé Pilote.
Créé par François Clauteaux, il est lancé en grandes pompes par Radio-Luxembourg et se vend à 300 000 exemplaires dès le premier jour !
Les Français, en grande majorité des adolescents, y découvrent notamment Tanguy & Laverdure, Barbe-Rouge, Blueberry, Lucky Luke et… Astérix.

Des héros et des talents

Repris par l’éditeur Georges Dargaud dès 1963, et par le scénariste René Goscinny à la direction de la rédaction, l’hebdomadaire suscite un véritable engouement. Par la diversité de ses héros bien sûr, par sa double page Pilotorama également et surtout par sa capacité au renouvellement…

Les événements de Mai-68 en sont une démonstration criante puisque Pilote devient dès ce moment, un support de contestation. Ainsi, dès le n°456, le magazine inclut des pages d’actualités, qui prendront une place grandissante au fil des années.

Pilote entre alors dans son âge d’or…
Derrière les billets d’humeurs, les histoires courtes, les fresques historiques et autres rubriques, des auteurs et dessinateurs de renom collaborent et se succèdent :
René Goscinny et Achille Talon, Blueberry, Astérix ; puis Iznogoud avec Jean Tabary ; et Lucky Luke avec Morris
Claire Brétecher pour Cellulite
Marcel Gotlib et sa Rubrique-à-Brac,
Jean-Claude Mézières & Pierre Christin, avec leurs héros Valérian et Laureline
Jean-Michel Charlier et Mitacq pour Jacques Le Gall
Il y a aussi Albert Uderzo, Moebius, Jean-Marc Reiser, Hugo Pratt, Jean-Claude Forest, Cabu, Enki Bilal, Greg, Floc’h… et tant d’autres.

Réfléchir puis mourir

Le 15 octobre 1970, avec son numéro 571, Pilote devient officiellement Le journal qui s’amuse à réfléchir. Le nouveau slogan confirme ainsi à son lectorat que l’hebdo n’est plus seulement une distraction. Il est aussi une invitation à découvrir, partager et suggérer des idées à une époque où l’on souhaite tout changer. Le public prend naturellement quelques années…

Mais qui dit fourmillement d’idées, dit aussi d’autres magazines créés…
Dès 1975, Pilote compte deux concurrents tout autant contestataires : Métal hurlant et Fluide glacial.
Pilote est alors devenu un mensuel, un changement survenu l’année d’avant suite au départ de René Goscinny.

L’histoire se poursuit jusqu’en 1986, année de fusion avec Charlie mensuel, pour former Pilote & Charlie.
Le magazine sort une dernière fois en kiosque en 1989, 30 ans après sa première parution.

Cinq hors-séries thématiques seront publiés dès 2003, de façon ponctuelle, sous le titre Pilote, le journal qui s’amuse à revenir… Un clin d’oeil apprécié de ses anciens auteurs et plus fervents lecteurs !
Métal hurlant reviendra quant à lui bel et bien en 2021 !

Laisser un commentaire