23 octobre… 42 av. J.-C. – Marc-Antoine bat Brutus à Philippes

En battant Brutus dans la plaine de Philippes le 23 octobre 42 av. J.-C., Marc-Antoine venge la mort de Jules César, froidement assassiné moins de deux ans auparavant.

Plan des environs de Philippes, ou Brutus et Cassius perdirent la fameuse Bataille de ce nom contre Octavien Cæsar et Antoine selon le récit d’Appien au Livre 4e des Guerres Civiles. Source: Gallica / BnF

Venger l’Imperator

Jules César, alors au sommet de sa gloire, a été froidement assassiné le 15 mars 44 av. J.-C. par un groupe de conjurés républicains. Figurant parmi eux, Brutus, favori de l’Imperator, et le tribun Cassius, ont été les principaux instigateurs de cet attentat.

Partis aussitôt après se réfugier en Orient, les deux hommes peuvent compter sur deux fidèles de César pour les retrouver…

Marc-Antoine et Octave

L’un était co-consul de Jules, l’autre son fils adoptif.
A la mort du dictateur en -44, les deux hommes se disputent le pouvoir resté vacant.
Ils forment finalement un triumvirat avec le général romain Lépide et s’accordent sur l’idée de venger César.

Tandis que Lépide reste à Rome avec quelques légions, Marc-Antoine et Octave prennent la direction de l’Est. La rencontre avec l’ennemi se fera dans la plaine de Philippes, en Macédoine orientale (nord-est de la Grèce actuelle).
Lâchement abandonné en chemin par Octave, un vrai poltron, Marc-Antoine va affronter seul Cassius et Brutus.

L’affrontement

Marc-Antoine se présente avec 16 légions soit près de 80 000 hommes.
En face, Brutus et Cassius en ont mobilisé près de 17 soit 85 000 soldats, et peuvent compter sur une puissante cavalerie et un accès à l’approvisionnement.
Pour autant, ces deux-là ne sauront pas tirer parti de ces avantages.
Au point même que, lorsque Marc-Antoine se jette sur les deux hommes le 3 octobre, c’est la confusion sur le champ de bataille. Brutus et Cassius perdent le contact et ce dernier, croyant le combat perdu de tous côtés, demande à son affranchi de le transpercer de son épée.

Une deuxième bataille, toujours dans la plaine de Philippes, le 23 octobre, n’oppose plus que Marc-Antoine et Brutus. Le premier, bien qu’en difficulté, l’emporte sur le deuxième qui se suicide à son tour…

Avec la mort des deux hommes, le Sénat a ainsi perdu toute chance de sauver la République…

Laisser un commentaire