16 octobre… 708 – Un sanctuaire sur le Mont-Saint-Michel

Sa silhouette, semblable à aucune autre, est célèbre dans le monde entier. Visité par trois millions de touristes chaque année, le Mont-Saint-Michel cumule 1500 ans d’histoire. Au début, l’abbaye n’était qu’un petit sanctuaire dédié au culte de l’archange.

Photo du Mont-Saint-Michel vu du ciel
Le Mont-Saint-Michel vu du ciel au lever du soleil. Photo prise par un drone. ©Amaustan — Travail personnel / Wikimedia Commons. CC BY-SA 4.0

Abbaye, prison, forteresse… et avant tout cela, sanctuaire. En traversant les époques, le Mont-Saint-Michel a cumulé les fonctions.
Classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, le monument est le plus visité de France après la Tour Eiffel. « Merveille de l’Occident », il doit son existence à l’évêque Aubert d’Avranches.

Le Mont Tombe pour Saint Michel

En 708 (ou 709), Saint Michel fait cette révélation à l’évêque en songe : Aubert doit lui dédier un nouveau sanctuaire, sur un lieu encore préservé, le Mont Tombe. Le culte voué à l’archange, qui plonge ses racines dans la tradition biblique, est déjà très répandu en Europe et en Orient, à l’époque. Et pour cause, il est présent dans l’Ancien et dans le Nouveau Testament.

Michel veut dire «Qui est comme Dieu» en hébreu. L’archange est le prince des milices célestes, le chef des anges. Il est aussi le défenseur de la chrétienté et guide les âmes dans l’au-delà.
Cette dévotion universelle est visible à travers des graffitis laissés par des pèlerins de tous horizons, sur les murs du sanctuaire du Mont Gargano, en Italie. Les plus anciens d’entre eux datent du VIIe siècle.

A l’image du Mont Gargano

Ce sanctuaire, une grotte située en montagne dans les Pouilles, est le plus ancien d’Europe de l’Ouest. Et c’est à son image qu’Aubert, selon le songe, doit construire un nouveau lieu dédié à l’archange, en Occident.
Or, le Mont Tombe est un rocher isolé au milieu d’une vaste baie s’ouvrant sur la Manche. Il sert de refuge à des moines ermites depuis deux siècles. L’endroit est parfait et prend toute sa dimension une fois les reliques du saint ramenées par des chanoines envoyés par l’évêque les chercher au Mont Gargano : un bout du manteau de Saint Michel et une pierre sur laquelle il aurait posé le pied, selon les textes.

Les mystères du Mont-Saint-Michel

Fort de ces trésors, le Mont Tombe, nouveau lieu de pèlerinage, devient le Mont-Saint-Michel.

Le sanctuaire connait sa première transformation vers le Xe siècle avec la construction d’une chapelle. Elle est aujourd’hui située au coeur de l’édifice et surnommée Notre-Dame sous Terre.
Elle devient par la suite une église abbatiale, au Xe-XIe siècle, à laquelle sont rattachés des bâtiments monastiques érigés à l’initiative du duc de Normandie Richard Ier.

Dans les siècles qui suivent, le Mont-Saint-Michel ne cesse de se construire et de se reconstruire. Au point que de nombreux mystères restent encore à éclaircir sur l’origine de certaines pièces, certains couloirs ou escaliers enchevêtrés dans les entrailles du rocher.
Le sanctuaire semble quant à lui, avoir bel et bien disparu, n’existant plus que dans les textes aujourd’hui…