7 octobre… 1337 – Début de la guerre de Cent Ans

Le 7 octobre 1337, le roi d’Angleterre Edouard III, petit-fils de Philippe IV le Bel, défie publiquement Philippe VI de Valois, roi de France et neveu de Philippe IV le Bel. Le premier, s’estimant plus légitime, revendique la couronne de France. Ainsi démarre la guerre de Cent Ans

Bataille de L’Écluse à Sluys (1340). Miniature de Loyset Liédet tirée des Chroniques de Jean Froissart, BNF, Fr.2643. Domaine public

L’intriguant Robert d’Artois

Il est le personnage central des Rois Maudits de Maurice Druon, campé par le talentueux Jean Piat dans la mini-série de Claude Barma en 1972. L’intriguant Robert III d’Artois peut se targuer d’avoir déclenché presqu’à lui tout seul la guerre de Cent Ans qui a opposé la France et l’Angleterre pendant 116 ans, entre 1337 et 1453.

Robert, fils de Philippe d’Artois et petit-fils de Robert II d’Artois devait hériter du comté après eux. Mais après la mort du premier en 1298 à la bataille de Furnes, puis celle du deuxième en 1302, à la bataille des éperons d’or, Robert III perd son héritage au profit de sa tante, Mahaut d’Artois.
A la mort de celle-ci en 1329, lui qui a épousé Jeanne de Valois, soeur du roi Philippe VI, et siège en bonne place au Conseil royal, intrigue sans réserve pour recouvrer ses droits sur le comté d’Artois. Il n’hésite même pas à faire produire de faux documents de propriété par une certaine Jeanne de Divion.
Cette dernière finit sur le bûcher, tandis que le roi fait emprisonner sa soeur et ses neveux, fils de Robert, à Château-Gaillard. Ce dernier est quant à lui banni du royaume, qu’il quitte en 1332.

Réfugié à Londres, il se rapproche sans difficultés d’Edouard III d’Angleterre qui le fait comte de Richmond.

Un trône contre un comté

Humilié par son beau-frère, Robert d’Artois n’a pas renoncé à ses droits malgré les faveurs du roi d’Angleterre et pousse ce dernier, petit-fils de Philippe IV le Bel, à revendiquer la place de Philippe VI sur le trône de France.

Après la mort sans succession du dernier fils de Philippe IV le Bel, Philippe VI de Valois, son neveu, a été élu roi par les barons de France. Ce choix politique n’a eu d’autre vocation que d’éviter que le trône ne tombe aux mains des Plantagenêts.
Couronné en mai 1328, Philippe VI s’est empressé d’asseoir son pouvoir en matant l’insurrection des Flamands contre leur comte Louis de Nevers, à la bataille de Cassel, trois mois après.
Lorsque Philippe VI rappelle ensuite à Edouard III d’Angleterre qu’il doit lui rendre hommage pour ses possessions de Guyenne et de Gascogne, les choses prennent une tournure autrement plus sensible : en Flandres, le comte de Nevers prend le parti du roi de France, tandis que les Flamands, qui font leur fortune sur la laine anglaise qu’ils importent, prennent celui du roi d’Angleterre.

Ainsi démarre la guerre de Cent Ans…

La réaction des deux côtés de la Manche ne se fait pas attendre: Edouard III impose l’embargo sur les exportations de laine pour punir la Flandre, mettant à mal les flamands qui se soulèvent contre leur compte. De son côté, Philippe VI de Valois confisque Bordeaux et le duché de Guyenne à l’Angleterre.

Encouragé par les Flamands autant que par Robert d’Artois qui tente de négocier son comté contre le trône de France, Edouard III défie ainsi publiquement «Philippe VI, qui se dit roi de France» depuis l’abbaye de Westminster à Londres.
Ainsi démarre la guerre de Cent Ans, dont les premiers combats ne commencent véritablement qu’en 1339.

Les décennies qui vont suivre seront ponctuées de batailles, de famines, de Grande Peste, de révoltes, mais aussi de périodes d’accalmie rendues possibles grâce au roi de France Charles V le Sage (1364-1380).