22 septembre… 1900 – Banquet des maires de France, à Paris

En pleine Exposition universelle à Paris et pour célébrer l’unité de la République, le président français Emile Loubet organise un gigantesque banquet le 22 septembre 1900, dans le Jardin des Tuileries. Il y réunit les maires de France, d’Algérie et des colonies, ainsi que les sénateurs, les députés et les préfets.

Instaurée pour la première fois le 22 septembre 1792, la République a 108 ans.
Désireux de célébrer l’événement le jour J et profitant de l’effervescence de l’Exposition universelle à Paris (50,8 millions de visiteurs au total), le président Emile Loubet a fait envoyer pas moins de 25 000 invitations, destinées aux représentants de la République française : maires, préfets, sénateurs ou encore députés en métropole, en Algérie et dans les colonies.

22 965 magistrats répondent présents et sont conviés à un gigantesque banquet, ce 22 septembre 1900.
Plus que ce qui s’y est dit ou fait – rien qui n’ait bouleversé le destin de la France en tous cas! -, c’est à l’extraordinaire logistique qu’il a nécessitée que ce déjeuner doit d’être passé à la postérité…

Pour accueillir un tel nombre d’invités, 2 gigantesques tentes ont été dressées dans le Jardin des Tuileries entre la grande roue de 70 mètres de hauteur et l’écran de cinéma des frères Lumière.
À l’intérieur, 7 000 mètres de tables ont été dressées et 10 kilomètres de nappes ont été déroulées.
Pour relayer les ordres et optimiser le temps de mise en place, 6 hommes circulent à bicyclette et un général de brigade navigue entre les tables en automobile.
Les convives sont placés selon leurs départements. 2 000 maîtres d’hôtel sont mobilisés, de même que 400 cuisiniers. Et s’il on en croit le menu, aucun invité ne doit rester sur sa faim…

In fine, ce sont 125 000 assiettes utilisées, 3500 salières agitées, 700 pots de moutarde et 2500 litres de mayonnaise consommés, le tout sur fond de Marseillaise, de «danses de jadis et de naguère» – barbares, grecques, françaises et modernes -, et autres divertissements programmés.
Des chiffres gargantuesques qui ont de quoi faire tourner les têtes!
Quoiqu’il en soit, le banquet, qualifié de «plus grand banquet du monde» a, par son organisation, de quoi inspirer : le déjeuner, à la demande d’Emile Loubet, dure à peine une heure et demie. Un exploit quand on pense aux dîners de mariage qui peuvent durer plus de trois heures de nos jours, avec… 100 fois moins d’invités!