19 septembre… 1991 – Découverte d’Ötzi, l’homme des glaces

Lors d’une randonnée dans les Alpes italiennes de l’Ötzal, à quelques mètres de la frontière autrichienne, le 19 septembre 1991, un couple fait une découverte macabre : le corps d’un homme, libéré par la fonte d’un glacier, gît au bord d’une rivière.

reconstitution de la momie de Ötzi présentée au musée de Préhistoire de Quinson, Alpes-de-Haute-Provence, France. – ©120 – Travail personnel. CC BY-SA 3.0

Ötzi, 5300 ans

Le corps est si bien conservé que lorsque le couple allemand Helmut et Erika Simon informe la police de sa trouvaille, cette dernière ouvre une enquête pour «recherche des causes de la mort». Mais celle-ci n’est pas récente. Elle date même de près de 5300 ans…
Dès lors, la découverte n’est pas moins morbide mais prend une dimension autrement plus spectaculaire.
Trouvé à 3210 mètres d’altitude, le cadavre a été rejeté par le glacier de Val Senales qui le retenait prisonnier depuis la Préhistoire!

L’homme momifié, car c’en est un, prend très vite le nom d’Ötzi, en référence à la vallée de l’Ötzal où il a été trouvé.
Les trente années qui suivent vont être ponctuées de recherches scientifiques à son sujet et riches en révélations…

Ce que l’on sait

La vie d’Ötzi s’est déroulée entre l’an 3350 et l’an 3100 avant notre ère. Soit il y a environ 5300 ans, à l’Âge de Cuivre.
À sa mort, Ötzi a près de 45 ans (vieux pour l’époque!), mesure un peu plus d’1,60 mètres et pèse près de 50 kg. Il chausse l’équivalent d’un 38 actuel. Il a les yeux marrons et les cheveux noirs. Il possède 67 tatouages.

Ses vêtements sont très travaillés, constitués du cuir de cinq races animales différentes, dont de l’ours et du mouton.
Ses armes et ses outils sont également élaborés. Il porte une hache en cuivre, un poignard à lame de pierre, un carquois, une pierre à aiguiser, de l’amadou (matériau spongieux recueilli sur certains champignons) pour allumer le feu, de même qu’un nécessaire médical.

Il semble être mort après avoir reçu un violent coup à la tête, bien qu’il ait été gravement blessé par une flèche reçue dans le dos à l’épaule gauche. Il était également blessé à la main, une vilaine entaille entre le pouce et l’index.
Il avait mangé peu de temps avant, du bouquetin, du cerf et de l’épeautre. Un peu trop peut-être… Car il semble qu’il souffrait de maux d’estomac au moment de mourir. À moins que ça ne soit dû à ses calculs biliaires ? Ou à la présence d’arsenic en dose massive dans son corps ? Ou aux oeufs de vers parasites retrouvés dans ses intestins ?
Des traces de pollens qu’il a absorbés incitent à penser qu’il est décédé au printemps.
Ötzi était allergique aux produits laitiers et prédisposé aux maladies cardio-vasculaires. Ses intestins ont également révélé la présence de la bactérie H. pylori, largement impliquée aujourd’hui dans le développement d’ulcères et de cancers. L’homme souffrait par ailleurs d’une maladie des gencives à un stade avancé et de caries.

Ce qu’il reste à savoir

Qui était Ötzi ? Un chamane, avec tous ses tatouages ? Un banni ?
Et que faisait-il à une telle altitude ? Un type de mousse, l’espèce Neckera complanata, a été découvert en grande quantité sur le site et accroché aux vêtements d’Ötzi. À quoi cela lui servait-il ? Reste que cette mousse qui ne pousse qu’à basse altitude a été transportée par lui et permet ainsi de retracer approximativement son itinéraire, jusqu’au lieu de sa mort.

Qui a tué Ötzi ? De toute évidence, il n’est pas mort de sa belle mort et là aussi, le mystère reste entier, de même que le mobile de l’assassin…

Y a-t-il d’autres Ötzi ? Tout porte à croire que oui, coincés eux aussi dans les glaces depuis des millénaires. Mais pour le savoir, il faut attendre que celles-ci aient fondu davantage. Malheureusement ou heureusement, question de point de vue…

Pour l’heure, il est possible de rendre visite à Ötzi. À son double du moins, le vrai étant soigneusement conservé dans une chambre froide. À Bolzano, en Italie, plus de 260 000 visiteurs se pressent chaque année pour découvrir les vestiges de l' »homme des glaces » et de la Préhistoire.

Laisser un commentaire