21 juillet… 1861 – A Manassas, la bataille de Bull Run

Si la guerre de Sécession a officiellement commencé le 12 avril avec la bataille de Fort Sumter, elle prend toute sa dimension le 21 juillet 1861, lors de la première bataille de Bull Run, premier conflit entre l’Union et les Etats confédérés d’une aussi grande ampleur et qui laissera présager in fine, plusieurs années de guerre.

Première bataille de Bull Run – ©Kurz & Allison/Wikimedia Commons. Domaine public

Une mise en jambe

Trois mois et demi après le début du conflit qui oppose les Etats du Nord (l’Union) et ceux du Sud (la Confédération) en Amérique, le pays croit encore que cette guerre ne durera pas et sera réglée par le biais d’une seule grosse bataille.
Celle-ci est engagée le 21 juillet 1861, à 60 km au sud-ouest de Washington, capitale de l’Union, près de la petite ville de Manassas (qui donne son nom à la bataille côté sudiste tandis que le Nord, qui franchira la rivière Bull Run, l’appelera comme tel). Cette bataille ne sera en réalité qu’une mise en jambe avant une succession d’autres…

35 000 hommes sont engagés de chaque côté.
Les Nordistes avancent sous les ordres de l’officier Irwin McDowell. Robert Lee était au départ tout désigné pour les commander mais il a changé de camp…
Les Sudistes sont dirigés par les généraux Joseph E. Johnston et Pierre Gustave Toutant de Beauregard.

Chacun des deux camps s’est fixé de prendre la capitale de l’autre. Washington étant celle du Nord et Richmond celle du Sud. 160 km seulement les séparent. Ainsi le Nord espère rallier de nouveau les Etats du Sud, et le Sud espère pouvoir gouverner les territoires qu’il contrôle.

Aucune des deux armées n’est vraiment aguerrie mais après 14 heures de combat, c’est aux Sudistes que revient la victoire face à des Nordistes battus en retraite. Le tout au prix de 460 morts en moyenne de chaque côté, et de nombreux blessés et disparus.

Popularisée, entre autres, par la bande dessinée Les tuniques bleues qui lui a consacré son album n°27, la bataille de Bull Run ou bataille de Manassas figure, historiquement parlant, comme le point de non-retour, le réel enclenchement d’un conflit qui s’avèrera le plus meurtrier de l’histoire des Etats-Unis.

A l’origine

De 1861 à 1865, la guerre de Sécession, aussi appelée guerre civile américaine (The Civil War), oppose les Etats-Unis d’Amérique (l’Union) dirigés par Abraham Lincoln, aux Etats confédérés d’Amérique (la Confédération) dirigés par Jefferson Davis.

Du côté de l’Union, les Etats désireux, à l’instar de Lincoln, d’abolir l’esclavage.
Du côté de la Confédération, ceux, au nombre de onze, opposés à cette abolition, mais surtout plus traditionnalistes et désireux de défendre leurs terres. De même, tandis que ceux-ci favorisent le libre-échange et l’exportation de matières premières (coton, textile), les Etats du Nord sont davantage tournés vers un marché intérieur et une politique protectionniste.

Si elle constitue une divergence importante, la question de l’esclavage est surtout, en fin de compte, un prétexte pour s’affronter sur de nombreux points qui opposent depuis longtemps le Nord et le Sud.

L’élection présidentielle d’Abraham Lincoln en novembre 1860 fera le reste : sept Etats du Sud font sécession de l’Union, rejoints plus tard par quatre autres.
Les Etats confédérés d’Amérique regroupent ainsi : la Caroline du Sud, le Mississipi, la Floride, l’Alabama, la Géorgie, la Louisiane, le Texas, la Virginie, l’Arkansas, le Tennessee et la Caroline du Nord.

Plus que la guerre d’indépendance, cette guerre civile se révèle être la plus meurtrière de l’histoire des Etats-Unis d’Amérique. Sur 3,3 millions d’hommes engagés environ de part et d’autre, plus de 620 000 meurent au combat auxquels s’ajoutent un nombre conséquent mais indéterminé de civils.

2 commentaires sur “21 juillet… 1861 – A Manassas, la bataille de Bull Run

Laisser un commentaire