16 juillet… 1794 – Mise en service du télégraphe optique

Premier dispositif de télécommunications, le télégraphe optique a été mis au point par l’ingénieur Claude Chappe. Le 28 messidor an II, soit le 16 juillet 1794, la première transmission officielle est effectuée avec succès entre Lille et Paris.

Un système de communication rapide et fiable

Cherchant à mettre au point un système de communication à distance qui soit rapide et fiable, Claude Chappe définit ce qui deviendra le télégraphe optique, dès 1790.
Le 2 mars 1791, avec un système de pendules synchronisées et un panneau optique blanc, il réalise un premier essai entre les villes de Brûlon et Parcé, dans la Sarthe, avec le message et petit appel du pied suivant: «L’Assemblée nationale récompensera les expériences utiles au public.»
D’autres tentatives fructueuses à Paris encouragent Chappe à soumettre son invention à l’Assemblée législative en mars 1792. Dans un contexte de guerres révolutionnaires, il décrit son télégraphe comme un «moyen certain d’établir unne correspondance telle que le corps législatif puisse faire parvenir ses ordres à nos frontières et en recevoir la réponse pendant la durée d’une même séance.»

Fonctionnement de l’invention de Chappe :

En haut d’un mât de 4 mètres, deux grands bras appelés « indicateurs », sont placés aux extrêmités d’une barre médiane, dite « régulateur ». Ces trois pièces sont mobiles et manipulées au moyen de cordes et de poulies.
Chaque indicateur peut prendre 8 positions et le régulateur, 4.

Surnommés les « tours Chappe », ces grands mâts sont placés à une dizaine de kilomètres les uns des autres.
Par un système de codage mis au point par Chappe et comprenant 9999 mots, une information est transmise par l’articulation des bras, observée au mât suivant avec l’aide d’une longue vue, puis retransmise et ainsi de suite jusqu’à destination.

Ainsi, entre Lille et Paris, un signal de service est transmis en quelques minutes et un message codé, en 2 heures environ.

Petit inconvénient du télégraphe Chappe : il ne pouvait s’utiliser la nuit, ni par temps de brouillard ou de fortes pluies…

Ci-contre : Illustration parue dans Les merveilles de la science, Louis Figuier, 1868 – ©Domaine public/Wikimedia Commons


Le 12 juillet 1793, la Convention nationale – qui a remplacé l’Assemblée législative 10 mois avant et créé la Ière République – est convaincue par Chappe et le nomme, le 27, « ingénieur télégraphe aux appointements de lieutenant de génie ».
Le 4 août, le Comité de Salut public (filiale de la Convention, l’autre étant le Comité de Sûreté générale) décide la création de deux premières lignes, Paris-Lille et Paris-Landau. Cette dernière ne sera jamais construite mais la première est fin prête à transmettre le 16 juillet 1794.

Elle comprend 15 stations, distantes d’environ 14 km les unes des autres.
A peine un mois plus tard, le 15 août, la ligne Lille-Paris transmet avec succès et en à peine 2 heures, la nouvelle de la victoire des Français à la ville du Quesnoy, reprise aux Autrichiens.

80 ans de bons et loyaux services

Le système télégraphique de Chappe va très rapidement être élargi à l’échelle du territoire français.
Il sera très prisé par Napoléon Ier comme moyen de communiquer avec ses armées dispersées en Europe.
En 1853, 556 stations relient les 29 plus grandes villes françaises et au-delà de l’hexagone, sur un réseau de lignes de près de 5000 km. 1000 personnes sont employées au bon fonctionnement de ce réseau.

Mais le télégraphe optique va dans le même temps entamer un lent et long déclin.
En cause, la création du télégraphe électrique par Wheatstone et Cooke, améliorée avec Morse, dès les années 1840.
Plus rapide encore et beaucoup plus pratique, car pouvant être utilisé de jour comme de nuit et par tous les temps, le télégraphe électrique sera rapidement universalisé.
Le télégraphe optique cessera ainsi totalement d’émettre en Europe, au début des années 1880.

Un commentaire sur “16 juillet… 1794 – Mise en service du télégraphe optique

Laisser un commentaire