13 juillet… 1965 – Les femmes s’émancipent financièrement

Le 13 juillet 1965 est une date clé dans l’histoire de l’émancipation de la femme.
Il y a 55 ans, par une loi votée au Parlement, une épouse pouvait enfin ouvrir un compte bancaire et signer un contrat de travail sans l’autorisation de son mari. Si la chose paraît aberrante aujourd’hui, elle a constitué une révolution au sein des couples de l’époque !

Une rupture avec… 1804!

On parle alors de réforme des régimes matrimoniaux.
Cette loi, portée par le ministre de la Justice de l’époque, Jean Foyer, accorde aux femmes mariées une autonomie financière qui leur était déniée depuis 1804, dans le Code civil créé par Napoléon Ier.
L’infériorité de la femme et la domination absolue du mari sur son épouse y sont en effet très explicites.
Ce 13 juillet 1965 signe une première rupture avec cette mentalité.

En effet, la nouvelle loi introduit le régime de la communauté réduite aux acquêts. Il est appliqué légalement en cas d’absence de contrat de mariage et stipule que chacun des époux dispose de ses biens acquis avant le mariage, ainsi que de ses revenus personnels.
Le mari doit désormais rendre compte de la gestion des biens communs et la femme peut ouvrir un compte bancaire et toucher un revenu sans plus demander son autorisation.
-> vidéo explicative proposée à l’époque.

La libération par l’argent

Jean Foyer soulignait à l’époque, que «quoiqu’on dise et quoiqu’on veuille, dans le mariage existera toujours une division du travail voulue par la nature.»
Une « division du travail » oui, et heureusement!, mais « voulue par la nature » certainement pas !

Inconcevable pour une majorité il y a encore 50 ans, l’homme et la femme se partagent aujourd’hui autant ou presque la cuisine, le ménage et l’éducation des enfants.
Or, ceci n’a été rendu possible qu’à partir du moment où la femme a pu revendiquer une liberté de choisir un métier et de dépenser son temps et son argent sans avoir à se justifier…

Et après…

Dans ce domaine et de nombreux autres, la femme poursuit par la suite un long combat pour ses droits… Quelques étapes clés :

  • 28 décembre 1967, la loi Neuwirth autorise la contraception.
  • 4 juin 1970, une loi modifie le Code civil et substitue l’autorité parentale conjointe à la puissance paternelle : «les deux époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille.»
  • 17 janvier 1975, la loi Veil, autorisant l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ou avortement, est promulguée.
  • 23 décembre 1980 : la loi relative à la répression du viol, reconnaît cet acte comme un crime.
  • 13 juillet 1983 : la loi Roudy établit l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes.
  • 5 septembre 1990, la Cour de Cassation reconnaît le viol entre époux.
  • 24 novembre 2004, présentation d’un plan de lutte contre les violences faites aux femmes.
  • 23 mars 2006, promulgation de la loi relative à l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.
  • 9 novembre 2010, plan d’action en faveur de l’égalité professionnelle entre hommes et femmes
  • Octobre 2017, libération de la parole des femmes sur le harcèlement et les agressions sexuelles subis

Laisser un commentaire